Féminité & Féminisme

Lundi 30 juin 2014 1 30 /06 /Juin /2014 06:06

Hier repas en famille, un coin de restaurant, la pluie dehors en alternance avec un soleil d'été. Entre deux plats, deux discussions de début de vacances, quelques mots sur les bulletins scolaires, les changements de collège et de lycée, j'observe la salle, je profite malgré moi des discussions des tables très proches.

 

fabulous-muses_diana-enciu_alina-tanasa_pink-dress_ballerin.JPG

copyrights THE FABULOUS MUSES

www.fabulousmuses.net

 

Et là, j'ai eu honte. Oui là devant moi, une table deux femmes, souriantes, heureuses, elles se sont embrassées, totalement amoureuses, totalement libres de s'offrir ce baiser. J'ai eu honte de ces regards, de ces messes basses soudainement aux autres tables, quand chacun levant entre deux bouchées de pizzas, découvre cette table, juste en ombres chinoises le soleil fort derrière elles, deux silhouettes unies par les lèvres. Chacun donne sa version, la table voisine décompose sa haine, entre les 'çà ne se fait pas" et les "pas en public", "c'est de la provocation", "encore des gouines", "vraiment les gens se croient tout permis", le plus raisonnable ou mesquin "ne regardez pas, mangez votre assiette" et d'autres insultes que je ne peux écrire.

 

Honte face à ces deux jeunes femmes, et leur amour. Car si à côté il y a avait bien d'autres couples, plus hétéro normés apparemment, ils se tenaient la main, s'étaient peut-être embrassés entre le parking et la salle, ils étaient sagement dans leur moment de repas en duo. Mais elles s'étaient différents.

 

 

fabulous-muses_diana-enciu_alina-tanasa_pink-dress-copie-1.JPG

 

 

fabulous-muses_diana-enciu_alina-tanasa_pink-dress-copie-2.JPG

 

 

fabulous-muses_diana-enciu_alina-tanasa_pink-dress-copie-3.JPG


 

Mes enfants, mes chers adoslescents, eux, attendaient leurs desserts, uniques préoccupations de leurs estomacs toujours très actifs, vous savez ces glaces avec chantilly et autre petits gâteaux, ils ont souri, ils ont regardé sans juger. Leurs propos ont été plutôt des références aux parents nouvellement divorcés de leurs copains et copines, à la maman de untel qui vit maintenant avec une autre dame. Sans jugement car avec deux cultures, avec une ouverture d'esprit qui comprend que deux hommes ou deux femmes puissent s'aimer, naturellement. Alors eux, ils s'en foutent, clairement, leur message commun. Rien de choquant, juste un couple. Et de la chantilly. 

 

Honte si finalement, car franchement, moi, en partageant un macaron avec mon aînée, j'étais choqué, vraiment retourné. Oui, très honnêtement, est-il possible de porter des talons hauts, des escarpins avec des chaussettes. La mode n'a plus de sens, le mollet est une élévation de la féminité, eyt ne doit pas être coupé. Quelle honte !

 

 

fabulous-muses_diana-enciu_alina-tanasa_pink-dress-copie-4.JPG

 

 

Nylonement

 

 


Publié dans : Féminité & Féminisme - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 7 commentaires
Mercredi 18 juin 2014 3 18 /06 /Juin /2014 06:37

Une nuit de profond sommeil, mais aussi un travail global de l'insconcient, sur la journée d'hier, sur les bons et mauvais moments, sur le repas entre amis et invités d'hier soir. Et finalement cette phrase qui ressort soudain, entre deux plats et quelques verres, un rappel de cette terrasse : "Vous rêvez beaucoup, les femmes d'aujourd'hui ne peuvent pas être glamour !"

 

 

_DSC0057candiescloset.jpg

 

 

Oui, aujourd'hui comme hier et avant-hier et comme depuis des années déjà, je rêve, parfois en pleine journée. Mais je me réveille soudain ce matin, avec vous, mes lectrices, mes lecteurs, et je découvre avec effarement que je vivais dans un monde idéal.

Non, je croyais vivre dans un monde idéal.

 

En ouvrant les volets, force était de constater que les jeunes femmes étaient majoritairement en pantalon, en jean, avec des formes variés, des déchirures ou non, des tailles hautes ou basses. Là une inconnue, presque floue, avec une jupe, elle se cache dans le coin de l'abribus, loin des regards pour ne pas gêner les autres, de sa présence, de ses belles jambes dans un collant noir et des bottines.

 

 

_DSC0846m.jpg


 

Manquant de fruits frais, je me dirige vers mon petit supermarché, les clientes ne sont pas toutes en robes légères d'été, aucune ne semble porter des bas nylon malgré la fraîcheur de ce matin, force est de constater ma méprise. Au rayon beurre et yaourts, aucune brindille en mini-short blanc, en mini-top rose, rien non plus au rayon céréales, pas de mini-robe rouge sur une brune aux mensurations impeccables. Je flâne en passant entre le coin des crèmes de douche, pas de naïades sortant de la piscine, pas plus que dans le coin glaces, pas de croqueuses sulfureuses de cornets glacés. J'attends à la caisse, des clients, des clientes, des caissières, des machines. Tout est normal, les gens ne sourient pas, ils varient entre beaux ou moches, grands ou petits, énervés ou calmes, pressés ou lents. Je confirme rien de glamour. 

 

 

6--2-.jpg

 

 

_DSC0022candiescloset.jpg


 

Traversant la rue, j'ai la révélation, après quatre décennies de rêve, je me suis réveillé. Mieux encore, je vais enfin vivre dans ma société, non, dans une dimension parallèle, avec eux, avec vous, dans un monde bien réel. 

 

Pourtant dans mes rêves, je voyais, j'espérais des gens moins tristes, plus humains, plus proches les uns des autres. Je défendais avec respect une féminité plus glamour sans la voir devenir une règle martiale, plutôt une liberté pour soi, sans le regard des autres, sans les remarques et insultes des autres, plutôt avec des compliments, des envies non de séduire, mais de se faire plaisir, et en retour de plaire, d'être vu. Un monde d'élégance parfois mais pas obligatoire, un monde plus serein, où le féminin se retrouve dans des modes, où l'égalité est complice naturel du respect. Certes j'avais rajouté par désir personnel quelques touches très glamour, ultra-féminines pour faire pétiller le tout. Mais je n'idéalisais pas tout cela au quotidien, bien au contraire, toujours pour laisser la liberté à chaque femme de choisir leur beauté, leur féminité, leur image (avec de multiples facettes). Et par peur d'une uniformité trop 100% glamour !!

 

 

010_594_396_60_sha.jpg

 


 

Je me suis trompé, honte à moi.

 

Mais on m'a menti, car en regardant les publicités à la télévision, il me semblait voir des mamans idéales, des mensurations impeccables, des ménagères heureuses de faire de la cuisine, de nettoyer avec l'aspirateur, ou de faire la lessive, de vivre tout à fond avec bonheur. Toujours à moitié nue à table, pour manger des yaourts, été comme hiver. Toujours mince car elle dévore des bols de céréales, des tartines avec du beurre light. Toujours sexy quand elle croque les glaces, et plus encore quand elle conduit sa voiture. Toujours plus féminine, exposée, caricaturée dans ses atouts de femme, réduits à des courbes, un cul et des seins pour vendre tous les produits du monde, pour vendre du rêve peut-être ? En ouvrant les magazines féminins, j'ai vu les bons choix, les bons régimes, les crèmes de jouvence vantées par des midinettes de 40 ans, de 25ans, de 18ans à peine (rayer les mentions inutiles), avec des corpulences dignes de certaines maladies de l'alimentation. Toutes pareilles d'ailleurs ! Peut-être ais-je cru que toutes les femmes porteraient des robes de soirées, moulantes et sculptées comme dans chaque série, avec des soutien-gorges trop petits pour des poitrines trop opulentes.

 

J'aurai dû me réveiller avant ... pour savoir qui rêvait, qui mentait ... dans quel monde.

 

 

Nylonement

Publié dans : Féminité & Féminisme - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 2 commentaires
Vendredi 13 juin 2014 5 13 /06 /Juin /2014 05:29

Incontournable sujet de discordes pour les uns, d'occupations médiatiques au milieu du reste pour les autres, simples fantasmes de frustrées pour certains mâles primaires, le harcèlement de rue a déjà été traité sur ce blog, comme d'autres sujets sur le féminisme, sur le respect et sur l'égalité.

 

Plus encore, moi, blogueur conscient de mon amour, du partage d'un monde au féminin très glamour, d'autant plus avec des bas nylon parfois, je sens le doute, voire la suspicion de l'ambiguité de parler de ce sujet sur ce blog.

 

Mais je vais me répéter pour les mauvais lecteurs et lectrices, pour les esprits réducteurs qui lisent ou résument mes propos ou même les mélangent, voire pire, les inventent avec leurs propres pensées et loufoqueries.

 

6823992135_85780ab43b_o.jpg

 

 

Oui, je rêve d'un monde de paix, d'amour et donc en premier lieu de respect. J'élève mes enfants dans ce sens, je me confronte parfois dans mes rencontres et mon entourage à des personnes rustres, primaires à la vision machiste du monde, mais tout autant à la vision féministe intégriste.

Oui, je vis dans un monde imparfait mais je ne crois pas à la fatalité de ces comportements, je ne veux pas baisser les bras face à des impolis, des cons, des bien-pensants noyés dans l'océan de leurs religions et leurs idéologies. Ecouter, parler, échanger, mais toujours apprendre pour comprendre, pour respecter l'autre avec égalité. 

 

maffashion_15asBIGddd.jpg

 

 

Oui, je rêve d'un monde plus glamour, d'une liberté réelle de mode pour toutes les femmes, tant celles en jeans que celles en robes, de toutes les longueurs, sur toutes les morphologies, à tous les âges. Certes je préfère ma compagne en jupe, en tunique, en robe, mais je peux vous assurer de sa totale liberté de choix au quotidien. je peux suggérer, je peux aimer sa tenu ou non, je peux la complimenter, lui dire mon émoi parfois, mais là c'est la sphère du privé, (où il me semble, nous sommes bien égaux).

Oui, je vis dans un monde avec des saisons, hiver froid, automne très pluvieux, printemps incertain, été trop chaud ou finalement gris, où chacune trouvera sa vérité. Si certains se pâment sur des baskets, des carrosseries de voiture, des matchs de foot, je regarde, j'observe la mode autour de moi, sans instance, mais avec précision. Je vois des belles silhouettes, des femmes élégantes, des mamans souriantes, d'autres stressées, d'autres courroucées par le poids des courses, des mamies fatiguées, des amoureuses tristes. Contemplatif, je regarde.

 

 

800x533xmaiyet-spring-2014-campaign2.jpg.pagespeed.ic.t-utB.jpg


 

Oui, je rêve de pouvoir féliciter parfois une personne pour son élégance, de glisser un compliment non sur les rondeurs et volumes de sa jupe ou de son chemisier mais bien de son choix de mode, sur cette allure générale qui flotte autour d'elle, sur ses chaussures ou son joli sac. Mais je laisse ses collègues et amies le faire à ma place. Donner un compliment même poli est un art difficile pour ne pas dire déplacé, alors que cela n'est qu'un don de bonheur vers l'autre.

Oui, je vis dans un monde brisé par l'hérédité des mâles qui se croient dominants voire dominateurs des femmes. Je l'observe en entreprise depuis des années, frustré de ne pouvoir dire à un manager que ses propos sont sexistes, que ses arguments sont tronqués par la vue unique de cette jupe, que cette collaboratrice est bien meilleure que lui, sur le plan professionnel bien évidemment.

 

 

800x533xmaiyet-spring-2014-campaign9.jpg.pagespeed.ic.vTeXn.jpg

 

 

Oui, je rêve et je vis à la fois dans ce monde détraqué où les insultes ne sont pas punies, les hommes mal éduqués et complices entre eux de leurs commentaires et attitudes, où les victimes sont silencieuses. Mais insconciemment soumises à ce poids pesant autour d'elles. Inconcevable emprise, intolérable silence de nos institutions, de notre éducation. 

Oui, je suis dégoûté par tout cela, mais je continuerai à défendre les femmes, leurs modes, le glamour et les bas nylon, car tout cela n'est que bonheur et douceur, avec un seul mot prioritaire RESPECT.

 

 

 

 

tamain.png

 

Des liens utiles :

FB.com/colerenomfeminin

http://projetcrocodiles.tumblr.com/

FB.com/stopharcelementderue



Respectueusement

 

Nylonement

Publié dans : Féminité & Féminisme - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 5 commentaires
Vendredi 16 mai 2014 5 16 /05 /Mai /2014 06:44

Quand les mots "liberté", "égalité" et "fraternité" s'entrechoquent avec la mode, avec simplement la vie des femmes. Aurais-je envie de perdre du temps pour disséquer les entrailles des discours politiques des uns, les vomissements abominables des excès des autres, les letmotivs réguliers et sournois des religieux, des bien-pensants qui se cachent derrière l'une ou l'autre religion pour en devenir des extrêmistes ? Que de temps perdu dans un dialogue stéril !

 

898a587f.jpg

 

 

Mais aujourd'hui, demain, hier et après-demain aussi, ce n'est pas la "journée de la jupe", mais les journées, les semaines, les mois et j'espère les années de la liberté de mode des femmes.

 

Dans notre monde merveilleux de communication, de sur-information, mais dans le superficiel surtout et rarement dans le fond, et encore moins avec ou sans la forme, il y a des dates, des journées de ceci et de cela, dont la fameuse journée unique de la Femme, aussi importante que restreinte. La réalité est tout autre, avec des libertés qui s'amenuisent, avec des "évidences de société en évolution" qui deviennent des nouvelles règles de conduite, des nouvelles règles de vie communautaire pour nos enfants. Car là commence le problème, dans leur éducation, dans ce travail régulier, naturel d'échanges de propos entre les parents et leurs enfants, de tous âges, petits, moyens, jeunes, adolescents et jeunes adultes si besoin. Cette éducation parentale, forme le noyau de la définition de notre véritable égalité, loin de toutes lois, de toutes religions, simplement, de née de l'évidence que nous sommes égaux. Certes chacun y apportera ses mots, ses exemples, ses mauvais exemples, ses relations naturelles, et ses contradictions. 

 

Angela-donava-10.jpg

 

 

outfit_summerdress_denim.jpg

 

 

5769375405_0b41b1165b_o.jpg


 

Et nos enfants, si on fait la vaisselle, les tâches ménagères, les courses, le repassage, le sport, les activités en tous genres avec égalité et parité, avec une logique et surtout un respect naturel de l'autre, de la mère, de la fille, de la grand-mère et réciproquement du père, du garçon, du grand-père. Chacun devrait trouver son rôle, mais toujours dans la diversité et le respect de l'autre. Et quand la balance vit un déséquilibre en défaveur des Femmes, il faut éduquer, répéter, agir si besoin. Sauf que vos enfants rencontrent l'extérieur, ce monde heureux ou navrant suivant les jours, celui du collège où les strings apparents sont logiquement prohibés, mais où le port de la jupe est "fortement peu conseillé", le short non plus. Pas de théorie des genres, oublions cela, ni une réflexion philosophique sur le pratique et le confort d'un pantalon. Ni même d'ailleurs une véritable égalité entre les deux habillements, masculin ou féminin.

 

Juste le fameux irrespect qui a donné le phénomène appelé "journée de la jupe". Polémique ici, film là, polémique ailleurs, politique encore ailleurs et surtout détournement du message d'origine. Je n'en défends d'ailleurs aucun, juste celui qui correspond au ton de mon blog, à mes espoirs dans le féminisme et le glamour mixé ensemble. Pour cela il vous faudra, aux nouveaux lecteurs et lectrices, relirent des dizaines de mes articles pour en reprendre la substance, mais plus simplement, je ne crois qu'en la liberté totale et complète des Femmes, en totale égalité avec les droits et les devoirs des Hommes. 

 

maffashion_paris_12.jpg

 

Et la première des libertés, c'est le choix au quotidien de la mode. Un choix qui passe par une coiffure, du maquillage ou non, des chaussures, baskets ou escarpins, bottes ou ballerines, et le principal : jean et top, jupe et chemisier, pull parfois, robe aussi, pantalon ou short. Un vaste choix que ce texte ne suffirait à décrire, mais des centaines de combinaisons possibles. Et cela dans le choix personnel, élégant ou pratique, sobre ou sophistiqué, coloré ou monochrome, celui que fera chaque femme, chaque matin pour elle-même, pour habiller sa silhouette, son corps libre.

 

Le respect va évident avec cette liberté, et si elle préfère la jupe, car sa féminité, et non sa morphologie uniquement (haro aux diktats du jeunisme, de la maigreur et des standards impossobles), sa féminité donc s'affirmera ainsi vêtue, court ou long vêtue.

 

Jupe devenue paradoxalement après les années soixante, un symbole de féminité pour les hommes pour être remplacer par les pantalons par égalité.

Jupe aujourd'hui redevenue symbole d'une nouvelle liberté contre les regards, les quoliquets, les insultes, les pensées uniques et religieuses de certains.

Jupe qui reste simplement une pièce de mode, un souffle de printemps pour libérer les jambes, donner un sens à notre plaisir esthétique ou simplement un coin de ciel bleu, pardon de chair presque bronzée en mouvement. 

Jupe pour une femme libre de choisir sa vie, sans avoir à supporter le jugement des autres.

Jupe qui ne dit pas que l'on est devenue un objet sexuel, mais qui répète encore que la mode s'exprime dans différents modèles de coupes du tissus, et que celle-ci n'a jamais obligé personne à attirer les yeux des mal-pensants. Cacher cette jupe que je ne saurai voir.

Jupe toujours aujourd"hui, demain comme hier, pour rappeler que notre monde devrait uniquement défendre les mêmes mots : "liberté", "égalité" et "fraternité".

 

 

WS3A7758.jpg

 

 

Femmes-5-4894.JPG

 

 

jaglive.jpg

 

 

Et si certains ne veulent pas les voir porter, qu'ils regardent ailleurs, il reste suffisament de jeans pour eux. Laissez-moi apprécier avec respect, votre féminité s'exprimant avec jupes ou robes.

 

Vive la jupe, mais au-delà vive les femmes.

 

 

 

Nylonement

Publié dans : Féminité & Féminisme - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 5 commentaires
Mercredi 7 mai 2014 3 07 /05 /Mai /2014 09:15

Ce matin, je retire mes gants, ceux de mon sport de détente, celui où je me défoule de toute l'énergie de ma vie, de ma profession de nuit, de ce temps qui me manque aussi. Une heure, trois fois par semaine, parfois plus pendant les vacances ou les périodes où je sens monter en moi, cette force. Alors je boxe, dans sa version savate, dite boxe française, je donne des coups, je tape, je me plie, je lance mes jambes, je m'entraîne avec d'autres femmes, avec des hommes. c'est un sport complet, que peu de gens connaissent, que mon corps fluet de jeune trentenaire ne laisse soupçonner, certaines me verraient plutôt danseuse. Mais moi, je frappe.

 

Mais malgré toute cette puissance, je le fais pour sortir des émotions de moi, et surtout pour oublier de penser aussi au boulot, chef de salle dans un grand restaurant étoilé d'un hôtel de luxe, tout doit être parfait. je lutte chaque jour pour donner des consignes, pour suivre mon équipe mais surtout les désidératas des clients du luxe, exigeants et fous, passionants en tout détails, gourmands et gourmets. Je frappe.

 

 

94bbc912f36768f2649588a500533f44.jpg

 

 

Aujourd'hui pourtant, je suis en congé, pas pour moi, mais pour une amie, pour l'aider, pour la suivre, pour ne pas la lâcher, ma meilleure amie. La belle blonde avec la belle vie, le bon job, la carrière prometteuse, la silhouette sublime, un beau fiancé. Mais avant hier j'ai été obligé de répondre, plutôt de devancer avant qu'il ne soit trop tard. Avec quelques collègues du club, les gros bras, des tendres en général, des gueules un peu cassées surtout avec des nez qui ont avalé des coups, des boxeurs qui savent que ce sport a aussi des valeurs, celle d'un combat pour exhorter la peur, l'angoisse, la haine, la colère, dans un sport. On a frappé à la porte de chez elle.

 

Deux heures après, le beau fiancé avait pris une leçon de mots, de longues phrases, des faits, ses actes ré-expliqués autrement qu'avec des fleurs, des cadeaux. Nous, une équipe, moi je lui ai donné notre version, celle qu'elle a délivré factuellement sur la main courante de la police le soir même, celle de ces derniers mois, de ses coups reçus, de cette violence conjuguale inadmissible, inimaginable, inconcevable. Oui, on la foutu dehors, valises et quelques affaires prestement emportées dans sa voiture, quelques explications de plus sur le chemin vers le parking, dans l'appartement, dans sa tête. Elle nous l'avons protégé, enfin, de cet homme qui se croyait supérieur, qui ne contrôlait plus ses actes, ses gestes, ses coups. Lui qui l'avait frappé.

 

 

1500957_230519963738494_807995372_o.jpg

Copyrights Pascal Thierry Photographies

 

 

Sans coups, mais en comprenant que le jeu avait basculé, que sa réputation ferait qu'il ne viendrait plus dans ce quartier, que nos mots l'habilleraient pour coller à son image de gendre idéal, nous avons mis les points sur les "i", à défaut de lui mettre nos poings sur sa petite gueule de jeune mâle impuissant. On lui a fait avoué, tout, sans chercher à comprendre la source de son désordre, on est pas des psychologues, on n'était surtout là pour palier à ce déséquilibre, et lui montrer que notre force était là aussi, mais que nos bras, nos coups, nos directs et nos baffes resteraient dans nos têtes. A-t-il compris ? nous ne saurons pas, mais nous ne le reverrons pas de sitôt, il a eu peur, vraiment peur, et rien que cela compensait l'idée de ce qu'elle avait enduré. Les coups qu'elle avait pris en silence.

 

Car cet insidieux, ce veul personnage, qui revenait avec des fleurs le lendemain, lui demandait pardon, ne voyait ni les coups physiques visibles sur le corps de mon amie, ni les blessures infernales dans son âme. Rien ne les effacerait. Aujourd'hui elle dormait, j'avais été avec elle chez son médecin, quelques médicaments, du repos, un psy à venir, et le chemin serait long pour admettre ces coups impossibles. Sa famille ne voyait rien, ne savait rien, les voisins, les copines, sauf moi. Par hasard car elle ne le disait pas, mais un essayage, entre deux cabines, deux robes, un bleu, un autre, un réflexe, des questions, ses larmes. J'ai attendu, ne sachant quoi faire, ne pouvant rien faire, sauf lui casser la gueule à mon tour à ce minet minable. Et finalement aux coups, nous n'avons pas répondu.

 

 

0 (2)

 

 

Aujourd'hui nous allons faire les boutiques, respirer ailleurs, voir du monde, un belle exposition, manger ensemble. Une amitié certes mais surtout un soutien. Celui contre la passivité, contre ce flou volontaire ou non face à cette situation qui tue plusieurs femmes chaque semaine en France, dans tous les couples, jeunes ou bien installés. Et pour la suite, ce sera des coups encore, ceux d'une justice en laquelle nous croyons, les coups de marteau d'un juge sur une sombre affaire si proche de nous.

 

 

 

 

Nylonement 

Publié dans : Féminité & Féminisme - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 5 commentaires
Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 08:04

Le printemps s'affirme avec les premiers bourgeons qui éclatent, laissant des feuilles vertes sortir de leur cocon douillet, mais aussi avec les fleurs, avec des tulipes à chaque coin de square, dans les jardins privés, avec des touches de couleurs.

 

Les panneaux publicitaires aussi partagent la nouvelle saison avec des affichages divers et puis celui-ci en particulier :

 

ceci-nest-pas-une-femme.jpg

 

Qu'est-ce ? le premier prix de l'égalitéE (infos ici www.egalitee2014.fr/), un concours lancé à l'initiative du minisitère des Droits des Femmes avec pour intitulé "quelle est ta vision du féminisme, de l'égalité ? textes, photos, vidéos, à toi de la présenter. Il y  a eu des gagnantes dans toutes les catégories, disponibles sur le site, mais pour l'image ci-dessus ce sont Marina Fabre, 23 ans et Valentine DERVAUX, 23ans qui l'ont conçue.

 

Vous allez pouvoir l'apprécier de vous même dans les rues, l'affiche apparaît de plus en plus depuis une bonne semaine. Ce n'est pas une publicité pour une sortie en forêt par Decathlon ou Go Sport, avec l'équipement adéquat pour la chaleur de printemps.

 

Non ceci me fait BONDIR, réellement ! car je suis un homme, mais bien au-delà de ce défaut que vous me connaissiez avoir par une évidence naturelle, mais aussi de mes positions, mes billets d'humeur et de mode, mes touches glamour et féministes aussi, mes portraits de femmes, je suis un homme de communication.

Et là, je vais vous faire partager mon point de vue, en attendant les vôtres.

 

 

Si je ne remets pas en cause l'évidence de défendre l'égalité même avec un E pour égalitéE afin de renforcer les messages sur l'équilibre des droits et des libertés des Femmes, de tous les femmes, je ne comprends pas l'ineptie de cette affiche. Je m'explique.

 

Vous avez ici un dessin avec un message ci-dessous "Ceci n'est pas une femme." une oeuvre faite avec goût, en référence au peintre blege surréaliste Magritte qui dans des époques passées savait jouer de l'illusion, de l'allusion et des doubles sens, mais plus encore savait parler au cerveau de ses admirateurs. Il suggérait un contre-sens, voire des possibilités de deuxième ou troisième degré dans son travail. Voir ci-dessous :

 

ceci-est-pas-pipe.jpg

 

Mais revenons à notre affiche actuellement partagée sur les avenues, dans les rues. Qui va la voir ? Qui va prendre le temps de lire les quelques mots ? Qui va devenir le spectateur de ce message ?

 

Des femmes et des hommes.

Les premières pourront apprécier le message, le comprendre en espérant ne pas y voir une comparaison douteuse et morphologique, mais toutes (du moins il me semble) savent ce qu'elles vivent dans leur quotidien. Les femmes ont conscience des droits, des libertés, mais surtout de la réalité, bonne ou mauvaise qui se trouve dans leur vie, chaque jour, du matin au soir. Ont-elles besoin de cette affiche pour se sentir mieux considérer ? je crois que la cible visée est "les hommes", ceux qui réduisent les libertés de celles-ci, et qui doivent progresser.

Donc les seconds, les hommes sont la cible de cette affiche.

 

Et là, en lisant, relisant cette affiche j'ai perdu patience.

Qui sont-ils les possibles lecteurs de cette gourde rouge ? des cyclistes qui cherchaient un peu de fraîcheur ? des hommes géniaux qui respectent déjà tant leurs libertés en oubliant les autres, pardon les femmes ?

Très honnêtement, la communication de cette affiche rate totalement sa cible. Car croyez-vous que le pourcentage de mâles cultivés soit si important qu'il va permettre de faire le lien surréaliste, qu'il va ensuite créer ce début de réflexion sur le second degré pour enchaîner un mécanisme vertueux de respect des femmes. Quelle erreur ? ces hommes-là, ce pourcentage-là est proche de l'infime.

Oui, j'ose le dire, la majorité des mâles vont passer devant sans comprendre, sans lire, sans réfléchir même si ils ont lu. Car à qui s'adresse-t-on ? à une masse globale d'hommes qui sont plus sensibles à un classement d'équipes de football, à des carrosseries de nouvelles berlines et plus occasionnellement à des actrices aux poumons en trois dimensions. 

Oui, j'ose le dire, ce message subtil, cette affiche ne va pas trouver son impact si utile auprès de la masse globale des hommes. ceux dont on espérerait un changement, un déclic pour intégrer en eux le mot "respect" des femmes. Tant pour leurs propres femmes, que pour celles qui croisent leur quotidien en particulier pour leurs collègues. Salaires égaux, liens sains entre employés, fin des discriminations et des caricatures sexistes, implications réelles dans les tâches ménagères et tant d'autres détails qui font une vie plus harmonieuse. Je n'ose escalader les schémas moyen-âgeux de certaines cultures ou religions, tout cela n'est pas un héritage (je ne cesse de le répéter ici) mais une facilité insidieuse pour dominer, ou par peur de ne pas être à la hauteur.

Oui, je crois à l'égalité Femmes-Hommes.

Oui, nous pouvons tous mieux faire en ce sens.

 

Mais quand nous communiquons, il faut atteindre sa cible, de façon subtile, de façon violente, de façon humoristique ou non, de façon détournée ou non. Les publicitaires savent en jouer chaque jour par mille et unes astuces pour marquer nos esprits. 

Et là, la cible, ces hommes trop surs de leur machisme naturel, de leur conception unilatérale du monde, ils ne verront pas ni l'affiche, ni la gourde rouge (et pourtant pour eux, on a ajouté le mot pour bien insister). Aucun ne comprendra le message, le sens premier, le second degré, et encore moins l'allusion surréaliste.

 

Désolé de me répéter, mais si ce concours est fort utile, indispensable pour faire changer les mentalités, l'argent dépensé ici par centaines de milliers d'euros, part directement dans le vide. Il tombe dans le fond sans fin, à côté des mots "respect" et "égalité". C'est un non sens. Pour sensibiliser les énergumènes ciblés, il faut un objectif clair, servi d'un message à la hauteur de leur niveau d'intelligence et de réflexion (et j'utilise ces mots avec précaution, car j'ai peur de certains paradoxes voire impossibilités de liens avec les personnes ciblées).

 

Continuons à défendre les droits et les libertés des femmes, pour que leurs vies soint celles qu'elles ont choisies. Je n'ai pas le remède miracle, mais je crains fort que cette gourde rouge ne contienne pas de génie et de miracles.

 

Et au final, est-ce que c'est moi qui n'aurait pas compris le message ?

 

 

Chères lectrices, chers blogs féministes, je reste ouvert à toutes les réponses pour m'éclairer.

 

 

 


 

Publié dans : Féminité & Féminisme - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 3 commentaires
Samedi 5 avril 2014 6 05 /04 /Avr /2014 12:31

La ravissante rousse réginde Deforges nous a quitté, discrètement mais un jour tous se souviendront de son parcours.

 

Car si les Hommes ont le souvenir glorifiant pour des "people" insignifiants, pour des politiques qui se victimisent tout en ayant une morale et une certaine amnésie, pour des acteurs sans trop de talent ou des comédiennes presque connues pour n'avoir fait finalement qu'un seul film, les mêmes Hommes oublient trop souvent les femmes de tête.

 

500975035.jpg

 

Incendiaire tu le fûs par tes cheveux de feu, libres comme toi de choisir leur espace pour montrer une femme libre, une femme dont l'énergie a toujours été le moteur. Des envies de jeunes filles qui te firent dès tes débuts écrire des mots pour toi, des émotions, des instant si forts que ton corps en jouissaient, ton cerveau aussi  mais des questions alors se posaient. Tes envies qui te firent rester droite face à la vindict des hommes et des femmes, d'une morale et d'une religion qui n'avaient pas écouté simplement le coeur. Forte mais blessée, tu avais choisi de vivre libre, d'aimer les hommes proches de toi, d'aimer ceux qui seraient honnêtes avec ton corps et avec leurs sentiments, avec des caresses intellectuelles et charnelles. Tu as croqué la vie, tu t'es imposé, tu as toujours écrit, et pour une liberté supplémentaire, tu as publié. Incendiaire encore, dans une époque qui changeait mais là encore jugeait trop vite. Tu as refusé d'obéir à les phrases impossibles, à leurs jugements hâtifs et si incongrus aujourd'hui (pas des siècles après comme si tu avais vécu au moyen-âge, mais juste il ya trente ans). Régine, tu as rugi et de tes mots sont nés comme un pied de nez, une série devenue culte pour toutes les générations qui voulaient voir, revoir la guerre, l'amour, les déchirures. Etrange paradoxe, les réacs qui t'avaient cloué au pilori, ils t'ont tous lue.

 

Et puis toute ta vie, tu as pris sur toi les rappels, les coups bas car toujours tu as écrit, encore et encore, et aidé les autres. De ton corps de femme, tu as exulté des messages d'amour et d'érotisme, un gros mot pour les bien-pensants, mais véritable branche littéraire, voie de plaisirs variés, et simple route vers l'Amour.

Toujours plus forte tu as milité pour la libération des femmes, pour un féminisme actif, un féminisme réel et vivant. Oui pour des femmes d'aujourd'hui qui auraient les mêmes droits que les hommes, qui auraient un travail payé comme les hommes, pour encore et encore une liberté de leur corps.

 

ecrivain-regine-deforges-23-avril-2007-1550573-616x380.jpg

 

Toi, Régine, je t'ai lu par curiosité au début, par plaisir simplement ensuite, et toujours j'ai lu des articles, des interviews sur toi la femme entière.

 

Et la sensibilité, celle qui parlait à travers tes mots, je l'ai ressentie comme complice pour me permettre cet hommage (désuet peut-être, superflu ou simplement vrai, je vous laisse juge). Cette flamme là ne s'est jamais éteinte pour raconter vos histoires, un peu de vous, tant des autres que vous avez aimé. Car si le malheur, les maux vous ont blessé, vous n'avea jamais eu d'autres réponses que le bonheur, le feu des sentiments, les cris des émotions fortes qui vous ont forgé, qui vous ont porté dans nos blibliothèques. Ecrivaine, Femme d'esprit vous êtiez, et vous resterez proche de nous, toujours, car nous relirons vos livres, nous les ferons lire.

 

Moi, je sécherai mes larmes de vous savoir partie, car vous serez là encore près de nous. Avec le feu de vos sentiments, de votre sensibilité et de votre vérité.

 

la-bicyclette-bleue-1345323328-1334974.jpg

 

Nylonement

Publié dans : Féminité & Féminisme - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 4 commentaires

Votre Nylon-Volupté.com

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !


 

 ruban_satin_rose-nylon-volupte.png

 Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances rétro et du glamour toujours, je partage avec vous,  ce chic et cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

 

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

GENTLEMAN W 

Qui est Gentleman W ? ou Qui êtes vous ?

 

gentlemen-w-xs.jpg

 


Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

copyrights-virtual.jpgLes photos sont ici uniquement à titre non marchand comme ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite une souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email : gentleman.nylon@gmail.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.


Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog.

 

Rédacteur OrSeriE

       


 

Logo Menu NylonMode.com V3.2 xs

 www.Nylon-Mode.com

Suivez l'actualité Lingerie

et les collections Bas & Collants

 

 

 

Bas & Collants de luxe

dans la boutique CERVIN

 

reduction-cervin.jpg

 

 

SATINBOX

Découvrez www.SATINBOX.net

 

Satinbox-Passion-Rose---transp-copie-1.png

SATINBOX   Passion

 

Satinbox-Volupte-Ivoire---transp.png

SATINBOX   Volupté

 

Satinbox-Glamour-xs-transp.png

SATINBOX   Glamour

 

 

Un nouveau concept de boîtes de rangement

avec l'intérieur satiné, pour votre Lingerie,

vos + beaux dessous, vos bas & Collants.

 

satincube-xs-trans.png

 

Une création & une exclusivité Nylon-Mode.com

Offrez-vous le luxe d'un rangement soyeux

pour un plaisir pratique au quotidien

 

Découvrez www.SATINBOX.net

 


Recherche ???

Articles Féminité & Féminisme

Articles Portraits de Femmes

Ordre de la Jarretelle

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, nous avons lancé l'initiative d'une confrérie nommée "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Nos statuts sont en cours de rédaction.

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4


Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

 

Blogs & Coups de coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 

 
femmemajuscule.jpg
causette-34.jpg

rose-magazine-3-copie-1.jpg



Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques.

Inspiration, parfois même coup de foudre, souvent une amitié qui commence avec des mots, une ambiance.

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

enfinmoibordeaux-relooking.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

lesfillespensentque une belle plume

mindalicious.fr géniale modeuse

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

leblogdelalilloise une belle dynamique

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

misspandora.fr fée de mode

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

citizencouture.com la mode online

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !

 

NYLON MODE Team travaille sur un livre des bloggeuses mode (2013)

en langue française, voir NYLON-MODE.com

 


Articles Bas Nylon

Bas Nylon & Collants

Accessoires MODE pour vos Jambes

Un monde des marques actuelles, françaises et internationales, mais aussi des références vintage (articles du dimanche) pour explorer ce monde indispensable à l'élégance de vos tenues Mode.

CERVIN YVES ST LAURENT

NYLON D'OLIV   PHILIPPE MATIGNON

CHANTAL THOMASS  GIO ARISTOC

WOLFORD  LE BOURGET

DIOR  CETTE  CLIO

JONATHAN ASTON  MARIEANTOILETTE

FALKE KUNERT AMORALLE

LES QUEUES DE LA SARDINE  FARELL

SECRETS IN LACE GERBE

ELEGANTI  DIM  PRETTY POLLY

TRASPARENZE CAROLINE B

LA PERLA  PIERRE MANTOUX

VENEZIANA FOGAL

CHARNOS  PAMELA MANN

LEG AVENUE LEVANTE

EMILIO CAVALLINI WELL

GOLDEN LADY   CHESTERFIELD

LOVE ME  OROBLU  LEVEE

LUISA MARIA LUGLI   MURA 

SILKY  GATTA  FIORE  ERGEE

ZOHARA DD  BERTHE AUX GRANDS PIEDS

CALZEDONIA   BONNIE DOON

 

Plus d'infos sur NYLON-MODE.com

Féminités & Mode

  • : Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • : Univers évanescent sur vos Féminités, votre mode, votre interprétation quotidienne, avec des voiles légers sur vos jambes. Labyrinthe capitonné de glamour, de Sensualité, marquées par vos coutures sur vos bas Nylon. Ambiance parfumée d'élégance et de volupté, pour rendre hommage aux Femmes, chaque jour, avec des billets d'humeur chic, des portraits de Femmes, des instants de vie et des regards. Glamour toujours.
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Aimez-vous, Aidez les !

 

Cancer, trop proche de nous .

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

 

Aimez vous les uns et les autres

 

 

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous !

Protégez-vous !

ruban-rouge-sida.jpg

Vivez !

RSS for you

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés