Féminité & Sensualité

Mardi 22 avril 2014 2 22 /04 /Avr /2014 06:58

photo-Kevork-Kiledjian-Sabrina-Nait-never-ending-b-copie-2.jpg

 

Il est parfois étrange de croiser un regard qui parle vers vous dans un silence d'une rencontre passagère, là dans la rue. Souvent on oublie, parfois encore on se regarde dans une glace, dans le reflet d'une vitrine pour voir quelle réelle image les autres ont vu de nous.

 

Alors sans plaisir égocentrique, je pose mes yeux sur moi dans le miroir du matin, pour trouver les contour d'un visage qui vieillit avec une barbe qui repousse toujours trop vite, des cheveux plus gris, des tempes grisonnantes. Cheveux courts, je me glisse dans ma chemise, un plaisir masculin auquel je m'adonne chaque matin ou presque. Dans mon dressing, par ordre de teintes, avec ou sans rayures, je regarde les couleurs, un oeil en coin sur les cravates, une bonne cinquantaine, avec quelques favorites. Autant les chaussettes sont toutes grises ou noires, avec parfois une pointe de orange, le gentleman excentrique existe aussi, autant mes chaussures sont toutes noires sans exception, autant mes cravates sont multicolores, comme un parfum différent pour signer mon humeur, pour défier les membres de cette réunion, tous austères. Je caresse les tissus, je noue avec précision en regardant le jardin, les arbres à perte de vue, je refais sans hésiter ce geste pour un double noeud impeccable. Un geste fantôme si facile, quasi pavlovien.

 

photo-Kevork-Kiledjian-Sabrina-Nait-never-ending-b-copie-1.jpg

 

 


 

Là ce soir, je suis à ce vernissage, un lieu, une amie, une invitation, qu'il est bon de se glisser dans ce décor art déco. Un ascenseur à l'ancienne, un palier, un vestiaire et la lumière du lieu. Toutes sont là des créatures de mode, de tous âges, des amies, des amis, des couples, des groupes, des inconnus pour moi, je la suis, elle me présente, je sers les mains, je justifie ma présence. Ce soir je suis là pour développer mon réseau, pour expliquer entre petits fours et champagne, entre les fines tranches de bellota bellota et la vodka, je dois placer en quelques minutes mon projet dans le luxe. Un challenge parfois laborieux quand l'autre n'écoute qu'une demie oreille, s'efface pour partir vers une amie qui arrive. Je ne peux rivaliser avec cette jeune blonde au pull trop court sur son nombril scintillant de bijoux, trop moulant pour ne pas ignorer le bonnet et les motifs de la dentelle l'enveloppant de très près.

 

Mais je suis accueilli par d'autres personnes, je partage des points de vue sur le lieu, sur l'exposition ici, mais aussi d'autres à Paris. On me présente le couple, les maîtres des lieux, charmants et d'une élégance folle. Beaux comme des statues, souriants et sublimes de finesse. Un ami reste avec moi, il travaille dans la mode, nous échangeons nos cartes de visite. La foule du début de soirée s'estompe, les relations s'égrennent, les plus intimes restent. Je ne sais que faire, un peu seul, puis rejoint par une personne que l'alcool a rendu très attachante. Elle me parle, s'interroge de ma relation avec ces messieurs. je la fais rire malgré moi, de mon métier qui n'existe pas, de cette idée de projet si nouvelle. Je me sens perdu, mais elle me rassure, d'autant que ma créativité semble la conforter dans ma sensibilité si masculine, si spéciale, si évidente ici avec tous les amis des hôtes de ce soir. Là je souris, car finalement je comprends que ma sexualité, pourtant rester dans mon lit depuis ce matin, m'emporte malgré moi dans des univers de déductions, de préjugés, d'idées convenues, je ne sais que choisir.

 

photo-Kevork-Kiledjian-Sabrina-Nait-never-ending-black-dres.jpg

 

Elle revient avec du champagne, jeune femme perdue entre son métier dans la finance, et son envie de création, de son plaisir évident à cotoyer des individus à la sensibilité à fleur de peau, démultipliée même qui créent, se permettent d'innover sans limites. Elle me parle des chaussures posées sur cette étagère, ose me parler de lingerie, de mode, de dessous, de détails presque initimes, mais je ne suis pas un danger pour elle. Moi le spécialiste de la lingerie, des collections et des marques, des rangements soyeux, je peux regarder dans son décolletté débordant, ou ses cuisses de cette fort courte pièce de tissu, très justement appelée "petite robe noire". Je peux car jamais, au grand jamais je n'oserai un regard déplacé, un regard de gourmand hétéro, mais plutôt une caresse visuelle d'esthète homo.

 

J'ai ri en rentrant seul, sans eux, sans elle, en me regardant une dernière fois dans la vitrine, la nuit dans la rue, un reflet. J'étais toujours le même, et pourtant en voyageant dans cet immeuble j'étais devenu apparemment un autre. Une question de sensibilité peut-être !

Ou une simple question d'interprétation de l'autre ?

 

81ab1441f959e2d7594383f74d69329e.jpg

 

 

Nylonement

Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Donnez vos impressions - Savourez les 1 commentaires
Vendredi 11 avril 2014 5 11 /04 /Avr /2014 09:13

Je l'avais aperçue, puis croisée à une soirée.

 

Rien d'important, juste le moment où vous êtes avec des amis, des collègues de bureau en l'occurence, et que soudain votre regard est accroché par un détail, par un mouvement dans la foule, là-bas au loin dans ce pub. Après des mois de boulot acharné pour trouver ma place ici, j'avais répondu positivement à mes partenaires de projet, pour un "happy hour diner". Un vendredi soir, un lieu plein de personnes, de bruits, de télés allumées, d'habitudes anglo-saxonnes qui se déversaient dans la fin de semaine parisienne. Etrange rappel de mes études à Londres puis à Dublin, des souvenirs déjà loin, mais cette ambiance, une bière, des rires, une décontraction nouvelle pour moi, avec ces relations de travail, avec lesquelles je conservais une certaine distance. La même d'ailleurs que j'avais avec ma vie, mon entourage depuis des mois, depuis cette rupture, depuis ce désamour. 

 

 

70ae1a07af8978f583ca65714633ceda.jpg

 

Je devais être froide, uniquement accessible pour les projets, les dossiers et les réunions, très rarement pour déjeûner, car à ce moment-là j'écrivais pour moi. Je n'étais pas distante, ni timide, juste là pour bosser, mais je faisais de même avec mes amies. Du recul, un coup de fatigue, un coup de blues, je variais mon message mais je refusais toutes les sorties, même pour un simple thé ou pour flâner devant des boutiques de chaussures. Heureusement un ami, proche, m'avait alerté de ce détachement inutile car il ne changeait pas la fée scintillante que j'étais, avait-il dit, mais empêchait la lumière de sortir de ma grotte. Lui seul, avec son ami, m'avaient sorti pour un repas, une balade à Trouville en décapotable, pour courir sur le sable, pour manger un gâteau au chocolat inoubliable, rire encore. Là j'avais compris son message, j'avais repris une bouffée d'air de ce printemps nouveau.

 

Là ce soir, une seconde bière, une fatigue estompée, une floppée de rires, des questions, des réponses, des interrogations sur moi, sur mes loisirs, une curiosité entre collègues, des commentaires sur untel ou untelle. Des assiettes de tapas, des idées de voyage à Lisbonne pour l'un, à Agadir pour un long week-end pour l'autre. "Viens avec ton copain ! on fait cela chaque semestre, on se groupe, on part pour trois jours, et on reprend le boulot encore plus fort."

 

J'ai souri, là je n'ai pas répondu, dans mon tailleur chic, avec mes bottines, avec ma féminité, j'avais aussi reçu le message discret d'un mâle de la bande, sur l'éventuellle possibilité de mon célibat, moi la jolie jeune femme. J'avais souri, ne sachant quoi répondre.

 

Dans la foule, à l'autre bout du bar en zinc, dans cette grande salle, là-bas, un souvenir aperçu, sa chevelure brune marbrée de roux, les longs cheveux. Elle devait être là, je ne pouvais confondre, et puis je n'avais pas oublié. Une envie de renouveau, de retour, de recommencement avec elle. Je ne savais plus, j'avais tant pleuré, tant essayé de l'oublier. La mousse de la bière sur mes lèvres, une autre assiette de tapas pimentées, cette atmosphère et cette foule, j'étais un peu perdue. Ce flot était-il trop rapide après mon sevrage, passant de mes soirées seule dans mon appart à cette soirée avec tant de monde. La voir était un vertige probablement.

 

Une main proche de mon épaule, je me retourne. Peut-on oublier un parfum même au milieu de ce pub ? Peut-on effacer la douceur d'une peau, d'un contact si familier ?

 

 

7db7e1818dcc78fc10c503fa2dc784f5.jpg


Nylonement

Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Donnez vos impressions - Savourez les 1 commentaires
Lundi 7 avril 2014 1 07 /04 /Avr /2014 01:01

053afa28fbdea80e6305de42583ba3a9.jpg

 

Libre d'aimer, sereine avec des sourires qui me noient d'eau sous la douche, la bouche ouverte, rieuse comme jamais. ce matin, je suis plus qu'heureuse, j'ai commencé ma matinée pourtant sans lui, une nuit comme trop souvent, nous ne dormons pas toujours ensemble. Il n'était pas là, son odeur pas loin, son tee-shirt, son parfum et son oreiller toujours à côté du mien, mais dès mon réveil, un sms, quelques mots.

 

Et le soleil était tout de suite là, juste pour moi, un début de semaine, des mots, des mots simples mais au-delà une pensée, une trace de lui. Il pense à moi, je pense à lui, il est là, pas loin, mais si la distance m'empêche d'avoir ses bras autour de moi, ne me retient pas encore quelques minutes au lit, il n'est pas là et pourtant.

 

3adbca3cdced50d44b6ade4f111958c1.jpg

 

Son amour, comme des ados peut-être, comme des amoureux sûrement, il laisse son empreinte près de moi, pour que la douche soit chaude, pour que juste après celle-ci, sans être là, il est encore laisser des mots, un autre sms, puis un autre quand je m'habillerais, et dans mes transports. Il me connaît et il sait aussi que ces petits signes sont des pincées de coeur.

 

Des bises et des bisous, des dizaines, des centaines, assez pour faire sauter la mémoire de nos portables, assez pour rappeler qu'il m'aime.

 

Là dans mon foulard, noué autour du cou, il me recommande de glisser mon parfum, ma petite robe noire, et ses bisous. Il est là, tout proche, un souffle, il m'embrasse. La semaine commence bien, j'aime ce soleil de printemps, ces lueurs saturés sur les fleurs de cerisiers devant mon balcon, mon thé à la main, il n'est pas loin, encore un bip, des mots d'amour, lui.

 

 

 

Nylonement

Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Donnez vos impressions - Savourez les 6 commentaires
Mercredi 19 mars 2014 3 19 /03 /Mars /2014 06:49

Dans un instant mélancolique, face à ce clavier, là où je libère mes mots, je me pose parfois des questions, je donne quelques réponses ou peut-être je me cherche tout court.

 

Une tasse de thé, des carrés de chocolat qui peuvent disparaître en quelques minutes ou restés plusieurs jours sans être croquer, je tourne un livre, en regardant les autres, les différents sujets qui composent le puzzle de ma vie, de mes connaissances. Posés là, lus ou prochainement en lecture, je peux en commencer plusieurs, en finir certains en quelques heures, d'autres en plusieurs mois, mais je dévore des tonnes de phrases, des fleuves de mots. Concentrés, ils sont sources d'une énergie indispensable à mes pensées, à mes rêves, à mes nuits courtes, compagnons de mes insomnies. Ah les complices de mes douleurs !

 

Heureusement il y a aussi les douceurs, une lettre, et tant de déclinaisons entre le noir et le blanc, le sombre et le brillant. Mais je n'ai jamais su pourquoi le monde cherchait à se goinfrer d'argent et de pouvoir quand l'amour de l'autre offre un bonheur bien plus immense, des sourires bien plus nombreux et une richesse intérieure sans limite. Je n'ai jamais su quoi répondre à des aventuriers de la médiocrité, persuadés de leur bonne volonté. Et il y a tant de sujets ou de projets où je n'ai jamais su.

 

_rg5le7o1_500.jpg

 

Savoir, comprendre et plus encore affirmer avec une pleine assurance, je n'ai jamais pu en être totalement sûr. 

Alors comme une étincelle, j'ai suivi le temps, suivi le vent pour me cogner aux vitres des endroits trop fiers d'être fermés, aux portes devancées d'escaliers trop hauts pour être humains, aux esprits trop forts pour avoir connu le mot "ouverture".

 

Là devant moi, je suis resté plus fragile, peut-être blessé, devant eux, désarmé aussi, pour poursuivre mon chemin, celui de la vie.

Et si mon corps devait s'écrouler, ronger par la maladie, je reste debout, plus fort encore avec mon regard, fier de n'être plus qu'un esprit contemplatif.

 

7c3e570419b78c0843d43e038f75804f.jpg

 

Romantique à défaut d'être un orgueilleux financier, poétique malgré moi, car je ne peux qu'adorer les silhouettes féminines, parfois au pire rire d'une faute de goût, mais toujours me rassasier des allures naturelles, de votre mode, de vos féminités. Mais je n'ai jamais su pourquoi, quelle alchimie ? à moins que ce ne fût une hypertrophie de sensibilité ?


Amoureux car la douceur se transforme parfois en belle rencontre, une fin d'après-midi, sous un crachin malin, dans une foule inconnue. Improbable croisement, suggestion de points communs, sourires et incertitudes, d'ailleurs aucun de nous deux venait pour connaître l'autre, mais pour voir cette exposition, se parler tout au plus. Mais là je n'ai jamais su ce qu'il se passait déjà.

 

Troublé, toujours moins quand nous nous sommes revus, en terrasse, dans des expositions, que nous avons parlé de tout, de rien, d'elles, ses filles, d'elle plus discrètement, elle s'était mise de côté depuis si longtemps. Je n'ai jamais su lui dire, car je ne savais pas encore, mais je lui ai pris la main, simplement. Nous n'avons jamais changé cela, notre complicité est née, a grandi, sans jamais vouloir savoir, car nous aurions perdu l'étincelle peut-être, de cette frêle flamme. Peut-être avions nous peur tous les deux de ces sentiments ?

 

Amoureux, je n'ai jamais su lui dire pendant de longs mois, doutant de moi, ne voulant lui dire, ne voulant y croire, ne voulant la blesser, ne voulant qu'être au final qu'un tout petit message pour enflammer sa féminité. Je n'ai jamais su si aimer était le mot juste, si mes épaules auraient assez de force pour supporter nos palpitations.

 

postv-copy.jpg

 

Mais l'histoire serait trop longue, les mots trop nombreux, car un jour j'ai su lui dire, lui répéter "je vous aime".

Pour elle, uniquement elle, avec un bout de moi qui bat pour elle, avec son parfum qui flotte près de moi.

 

 

 

 

Un petit air de printemps

 

 

Nylonement


Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Donnez vos impressions - Savourez les 4 commentaires
Jeudi 30 janvier 2014 4 30 /01 /Jan /2014 11:14

Une rue, des boutiques, le froid, des fines gouttes d'eau, l'hiver, mon présent.

 

Je flâne, pour me détendre, mon boulot de freelance me donne cette liberté de prendre parfois un peu de temps pour moi, sans la famille, sans les horaires. Des soldes encore, une vitrine, d'autres avec des chaussures, des sacs à main, j'aime cet atmosphère d'après rush, sans la foule, quand les boutiques ronronnent entre les collections d'automne-hiver et déjà, à peine en février, du printemps-été. 

 

aSNOW-1.jpg

 

 

J'entre, je caresse les étagères pleines de pulls doux, la douceur des matières et les couleurs pour les yeux. Le cerveau fuse en tous sens pour combiner celui-ci avec un slim, celui-là avec un collant fin comme une tunique, est-il assez long pour ce moment cocooning ?

D'autres tas, il reste encore de belles choses, mais en quelle taille ? les prix sont collés au sol, presque indécents, je ne serai d'ailleurs jamais rentrée ici avant. Un coup d'oeil vers l'été, vers les robes, vers les jupes, les prix reprennent de la hauteur, en en comparaison, on est proche des sommets des marges mirifiques. Je souris car avant de faire de la communication, je fus contrôleuse de gestion, impliquée dans le calcul des coûts, dans leur optimisation, dans leurs folles courses à la rentabilité.

 

 

unnamed--6-.jpg

 

Je regarde sans toucher, par peur de la contamination les tee-shirts d'été, cela me donne des envies pour plus tard, pour les prochaines soldes. Lasse de tout cela, je retourne dans la rue, cherchant l'inspiration, jugeant la qualité d'attraction des vitrines, là encore les économies sont drastiques car la tristesse côtoie l'amateurisme, a-t-on oublié que les clientes doivent avoir le déclic, avec ce premier visuel. Attractivité ou même début d'envie, cela doit demander un détour, mais doucement sous mon parapluie, dans mon manteau, avec ma douce écharpe, je regarde seulement.

 

Deux boutiques de lingerie, une chaîne et une indépendante, la première expose avec un total désarroi une affiche d'une star, jeune et souriante en body dentelle, et deux mannequins sans forme pour deux tenues, à peine ajustées à la fausse poitrine. La seconde a joué le jeu de la féminité, un coin capitonné, des ensembles flottant par miracle dans les airs, des couleurs, de la lingerie de jour et de nuit. Une comparaison évidente, la féminité est là, avec ce miroir qui reflète notre image en ajoutant ce bustier, avec des touches de volupté, pourtant la lingerie présentée touche les jeunes avec des modèles colorés et girly, d'autres sont plus classiques, avec des dentelles ultra-fines, pour toutes les femmes.

 

0a8c164d80b5bfad4ddfd6f9072d937c.jpg

 

Cette mode de l'intime, portée à fleur de peau, doit-on rappeler la douceur ou la froideur pour convaincre une future cliente de pousser la porte ? D'ailleurs je rajouterai bien un ensemble froufroutant à mon dressing lingerie, fort fourni.

Devinez où je vais aller ?

 

 

Nylonement

Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Donnez vos impressions - Savourez les 1 commentaires

Votre Nylon-Volupté.com

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !


 

 ruban_satin_rose-nylon-volupte.png

 Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances rétro et du glamour toujours, je partage avec vous,  ce chic et cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

 

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

GENTLEMAN W 

Qui est Gentleman W ? ou Qui êtes vous ?

 

gentlemen-w-xs.jpg

 


Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

copyrights-virtual.jpgLes photos sont ici uniquement à titre non marchand comme ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite une souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email : gentleman.nylon@gmail.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.


Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog.

 

Rédacteur OrSeriE

       


 

Logo Menu NylonMode.com V3.2 xs

 www.Nylon-Mode.com

Suivez l'actualité Lingerie

et les collections Bas & Collants

 

 

 

Bas & Collants de luxe

dans la boutique CERVIN

 

reduction-cervin.jpg

 

 

SATINBOX

Découvrez www.SATINBOX.net

 

Satinbox-Passion-Rose---transp-copie-1.png

SATINBOX   Passion

 

Satinbox-Volupte-Ivoire---transp.png

SATINBOX   Volupté

 

Satinbox-Glamour-xs-transp.png

SATINBOX   Glamour

 

 

Un nouveau concept de boîtes de rangement

avec l'intérieur satiné, pour votre Lingerie,

vos + beaux dessous, vos bas & Collants.

 

satincube-xs-trans.png

 

Une création & une exclusivité Nylon-Mode.com

Offrez-vous le luxe d'un rangement soyeux

pour un plaisir pratique au quotidien

 

Découvrez www.SATINBOX.net

 


Recherche ???

Articles Féminité & Féminisme

Articles Portraits de Femmes

Ordre de la Jarretelle

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, nous avons lancé l'initiative d'une confrérie nommée "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Nos statuts sont en cours de rédaction.

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4


Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

 

Blogs & Coups de coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 

 
femmemajuscule.jpg
causette-34.jpg

rose-magazine-3-copie-1.jpg



Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques.

Inspiration, parfois même coup de foudre, souvent une amitié qui commence avec des mots, une ambiance.

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

enfinmoibordeaux-relooking.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

lesfillespensentque une belle plume

mindalicious.fr géniale modeuse

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

leblogdelalilloise une belle dynamique

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

misspandora.fr fée de mode

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

citizencouture.com la mode online

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !

 

NYLON MODE Team travaille sur un livre des bloggeuses mode (2013)

en langue française, voir NYLON-MODE.com

 


Articles Bas Nylon

Bas Nylon & Collants

Accessoires MODE pour vos Jambes

Un monde des marques actuelles, françaises et internationales, mais aussi des références vintage (articles du dimanche) pour explorer ce monde indispensable à l'élégance de vos tenues Mode.

CERVIN YVES ST LAURENT

NYLON D'OLIV   PHILIPPE MATIGNON

CHANTAL THOMASS  GIO ARISTOC

WOLFORD  LE BOURGET

DIOR  CETTE  CLIO

JONATHAN ASTON  MARIEANTOILETTE

FALKE KUNERT AMORALLE

LES QUEUES DE LA SARDINE  FARELL

SECRETS IN LACE GERBE

ELEGANTI  DIM  PRETTY POLLY

TRASPARENZE CAROLINE B

LA PERLA  PIERRE MANTOUX

VENEZIANA FOGAL

CHARNOS  PAMELA MANN

LEG AVENUE LEVANTE

EMILIO CAVALLINI WELL

GOLDEN LADY   CHESTERFIELD

LOVE ME  OROBLU  LEVEE

LUISA MARIA LUGLI   MURA 

SILKY  GATTA  FIORE  ERGEE

ZOHARA DD  BERTHE AUX GRANDS PIEDS

CALZEDONIA   BONNIE DOON

 

Plus d'infos sur NYLON-MODE.com

Féminités & Mode

  • : Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • : Univers évanescent sur vos Féminités, votre mode, votre interprétation quotidienne, avec des voiles légers sur vos jambes. Labyrinthe capitonné de glamour, de Sensualité, marquées par vos coutures sur vos bas Nylon. Ambiance parfumée d'élégance et de volupté, pour rendre hommage aux Femmes, chaque jour, avec des billets d'humeur chic, des portraits de Femmes, des instants de vie et des regards. Glamour toujours.
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Aimez-vous, Aidez les !

 

Cancer, trop proche de nous .

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

 

Aimez vous les uns et les autres

 

 

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous !

Protégez-vous !

ruban-rouge-sida.jpg

Vivez !

RSS for you

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés