Mercredi 30 juillet 2014 3 30 /07 /Juil /2014 11:02

Profitant d'une chaise libre, un peu à l'ombre d'un arbre, dans ce parc parisien, je souffle le vent des rayons chauds de ce soleil d'été un peu fou dans sa présence vacillante suivant les jours.

J'observe les alentours, je lis et j'écris un peu aussi, le monde passe, j'en extrais quelques clichés, quelques idées, et des touches de mode.

 

Dans mon dos, un banc, des voix, des personnes que je ne vois pas. 

 

 

7e7542f3.jpg

 

Des femmes, des jeunes femmes à la fraicheur de leurs voix, une discussion, des mots, mes oreilles de chat, indiscret peut-être, présent malgré tout, invisible apparemment. Elles parlent de leurs vacances récentes, du retour au boulot, coincées entre le calme des clients moins présents, mais des dossiers laissés là pour un résultat à leurs retours de fin août. L'urgence à faire dès maintenant avec aucun moyen d'avoir des informations complémentaires, les intervenants absents, les emails sans réponses, et moitié moins de personnel. Elles mangent une crêpe salée, sans fromage pour l'une, allergique, enfin plutôt au régime après les deux kilos des congés dans le sud-ouest, en famille. Cellule sacrée, lieu de vie commune, retour entre les parents, les soeurs et frères, les neveux et nièces, les âges et les humeurs en mouvement. Elle détaille la soeur devenu ronde après ses deux grossesses successives, ses deux bébés qui ne dorment jamais, braillent tout le temps, le beau-frère devant les matchs de foot et fatigué de l'apéro le reste du temps. Son frère, jeune ingénieur amoureux d'une gentille capricieuse qui ne comprend pas le sens du mot "famille". D'ailleurs comme tout le monde est divorcé maintenant, ajoutait-elle, en fin de repas, un peu ivre de deux verres de vins avec sa salade, face au regard de mes parents, amoureux depuis toujours. Une vague de trop, une sieste dans le hamac, et un départ en fin d'après-midi. Ma mère rigolait de cette bêtise, moins en pensant que son fils pourrait rester "in love" de ce petit cul en short rose, trop longtemps. Mon autre soeur, celle qui bosse même en vacances, avec son poste méga-important, exploitée par sa hiérarchie qui daigne lui donner une semaine de vacances. Jamais vue, trop stressée pour avoir fait une vraie valise, en pantalon sous la chaleur, à chercher un spot wifi au village d'à-côté. Et moi du repos, jouant avec les autres bambins, des cousines pataugeant dans la piscine, cette grande maison, le calme de la campagne, et de trop bonnes grillades.

 

 

tumblr_m6xct3ThEL1qbya53o1_500.jpg

 

L'autre ajoutait que son meilleur ami, l'avait invité sur le bateau d'un copain, dans un port du sud, des journées à boire, à rire, à dorer au soleil, presque nue, lire un peu aussi. Des moments intenses de bonheur, à regarder la mer, les vagues, toujours différentes. Une coupure utile, des instants privilégiés qu'elle appréciait, des balades dans les boutiques du port pour trouver des sandales, des soirées bien arrosées, les soldes fantastiques. Oui chaussures, sacs à main, bijoux, surtout des belles chaînes de chevilles, son truc à elle, des robes blanches un peu bohêmes, du coton léger, le soleil. Bref dix jours à rien faire, à se sentir libre, accompagné de quatre mâles, amoureux entre eux, elle profitant de la mode, de ses lectures pour se distraire, pour converser avec leurs conseils de mode, leurs boulots, des artistes. Et encore des soirées à rire, à pleurer de rire, à les voir s'embrasser, à dormir sur le pont, seule, tranquille.

Une autre voix, plus discrète.

 

 

Bas-Nylon3-0035s1.jpg

 

Trentenaires pour les premières, à la téssiture, à la douceur, plus jeune que les autres. Et toi ? Moi rien, juste quelques jours en Bretagne avec une copine, d'autres avec son père et sa nouvelle belle-mère, mais sinon chez elle, dans son studio. Des soldes, des achats comme ce short noir, des boots et des bottines, son truc à elle, sa mode à elle. Et ton copain ? Justement mon ex-copain, parti avec des potes en Vendée, loin d'elle, peut-être pas seul, d'ailleurs elle s'en fout. Pas envie de savoir, les vacances sont derrière, la mode devant comme un exutoire, comme un grand mouchoir pour éponger les larmes intérieures. 

Cet été, il est gris, comme le ciel, un jour sur deux, heureusement, elle adore changer, de mode surtout. Chacune rejoute son conseil, donne son point de vue, et toutes ensemble elles rigolent. Je ne les ai qu'aperçues, passant de dos près de moi. Trois paires de jambes entre caramel, celle du bâteau peut-être, bronzée, celle du sud-ouest, en collant résille rose poour la dernière, toutes en short, toutes en féminité et en rires. Des copines, libres comme le vent qui souffle maintenant, poussant les sentiments plus loin, elles avec, leurs modes avec.

 

 

Nylonement

 

Publié dans : Femmes & Mode - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 4 commentaires
Mardi 29 juillet 2014 2 29 /07 /Juil /2014 08:39

 

 

knit_leather_shorts09.jpg

 

 

 

2c37b3ff5e647169c649e561f33ac1c1.jpg

 

 

"Les jambes des Femmes sont des compas

qui arpentent le globe terrestre en tous sens,

lui donnant son équilibre et son harmonie"

 

François Truffaut

' L'homme qui aimait les femmes '

 

 

tumblr_l774fhyAiY1qzjc1ro1_500.jpg

 

 

156218680794024590_hSorZ0eF_c.jpg

 

 

Minty-11-433x650.jpg

 

 

Nylonement

 


Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 3 commentaires
Dimanche 27 juillet 2014 7 27 /07 /Juil /2014 10:30

Une idée, une folle idée de partage, depuis le début de ce blog, depuis cinq ans déjà, une envie de collecter des photos uniquement de vos bas et de vos pochettes de bas vintage. Un acte fédérateur, non pas centralisateur, mais totalement participatif pour que chacun et chacune puissent nourir le musée virtuel des bas nylon.

 

Notre cible : les bas nylon, en premier lieu les véritables bas nylon diminués à coutures, ceux nés dans les années 40 et 50, mais aussi par esprit d'puverture, les bas nylon des années 60, voire 70 ou 80 ou 90. Les matières s'éloignent alors du véritable nylon cristal, si fin, si ultra-doux, si crissant et si peu étirable, vers des fils plus souples, plus aptes à envelopper vos jambes jusqu'aux cuisses.

 

Depuis 5 ans déjà, de nombreuses marques, inconnues ou connues, françaises ou internationales, ont défilé sur ces pages, continuons ensemble. Aujourd'hui les photos sont un mélange de clichés du net, de photos personnelles et de photos envoyées par un couple amateurs de bas nylon. Merci chers "OkJaime", vous m'avez fait un don que je partage un peu aujourd"hui, bientôt un autre dimanche, pour que tous, nous puissions voir, comprendre, sourire, savourer ces instants vintage, souvent pleins de poésie et de nostalgie.

 

Les Bas Dimanche, nés dans les années 50, devenus ensuite Dim.

 

A l'origine, un ingénieur Bernard Gilbertsein, passionné de filage mais plus encore de tissage dans la région de Troyes. Il fonde la société BéGy, qui tricote des bas avec du nylon dès 1953, avec le lancement du Bas Dimanche en 1958. L'innovation est toujours présente, avec le lancement des premiers bas sans couture (oui alors cette ligne verticale élégante, était contraignante car souvent elle tournait). Mais ainsi c'est aussi le passage à des matières plus souples, tissés, des variantes vers ce que nous appelerons les bas mousse aussi, puis dès 1969 vers les collants. La marque Dimanche deviendra Dim à l'initiative du roi de la publiclité moderne, la patronde Publicis, dès 1962.

Dim aura toujours été innovant soit avec la technique comme dans les années 80 avec le lancement des DimUp, mais surtout des campagnes publicitaires et un marketing dans l'air du temps.

 

Bas-Nylon3-0291b.JPG

Bas-Nylon3-0293.JPG

Bas Dimanche, une garantie 3 mois, et même un remplacement ...

et de bons conseils pratique pour l'entretien

dim-anche.jpg

 

 

 

Bas-Dimanche.jpg

Les Bas DIM vendus à l'unité

 

 

 

dim4.png

 

dim5.png

 

dim0.png

 

 

dim2.png

 

dim.jpg

 

dimanche2.JPG

les Bas Dimanche pour une maman, un cadeau ...

 

dimanche.JPG

Le Dim'secours, un troisième bas pour compléter la paire !

 

 

Publicité Bas Dimanche Dim'secours 1962

 

 

Dimanche-pin-up.JPG

Objet publicitaire Bas Dimanche sans couture

Merci à ce blog pour les informations vintage 

sur le secteur bonneterie :

oeil-americain2.blogspot.fr/2014/06/bas-dimanche-devient-dim

 

 

 

Nylonement



Publié dans : Nylon 50-60 - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 3 commentaires
Vendredi 25 juillet 2014 5 25 /07 /Juil /2014 23:28

tumblr_lwoa0eX3JQ1r7sfego1_1280.jpg

 

 

Photo-2-.jpg

 

Il était une fois ... une belle histoire qui commence en 2007, en fait bien avant, avec une femme, une inconnue, une femme transparente, une ombre qui  a accompagné tant de vies. Une nounou, une dame au service de différentes familles, où parfois on oublie que les personnes qui s'occupent de nos enfants, sont aussi des humains. Une femme qui souhaitait voir le monde, et qui décida un jour d'immortaliser ce qui l'entourait. Plus exactement la ville, les balades avec les enfants, les gens, les autres, ceux qui marchent, courent, s'arrêtent, reprennent le chemin de leur exsitence, et qui par leur singularité deviennent des portraits, des détails de photos.

 

Et VIVIAN MAIER en a fait des milliers, des dizaines de milliers de clichés sur la vie autour d'elle.

 

Un jour de 2007, un jeune passionné, John Mallof, souhaitant faire un livre sur Chicago, achète sans le savoir vraiment un stock de négatifs, et découvre le trésor. Pas d'or mais du noir et blanc et la vie figée avec un naturel foudroyant. Il tombe amoureux de ces joyaux, veut les partager, mais aussi comprendre qui était l'auteure. Il mettra beaucoup d'énergie à cela.

 

Depuis c'est un phénomène avec des centaines de facettes, des regards, son ragard aussi, des coins de sa vie aussi, des autoportraits parfois, et maintenant un film documentaire, un livre, des expositions dans tous les coins du monde. Unanimement saluée comme une témoin unique de son époque, avec une vérité franche sur les autres, nous, les humains.

 

VM1954W03413-05-MC.jpg

 

 

Vivian-Maier_59_372-07_72dpi-637x640.jpg

 

 

vm1230.jpg

 

 

VM19XXW04205-06-MC.jpg

 

Je vous encourage fortement à courir voir les clichés dès aujourd'hui (oui j'ai tardé à en parler) pour aimer notre monde, croiser la nostalgie d'une époque :

Deux galeries parisiennes exposent les photographies de Vivian Maier :

Du 3 juillet au 26 juillet, les Douches la Galerie, 5, rue Legouvé, Paris Xe. Tél. 09.54.66.68.85.

Du 3 juillet au 2 août, galerie Frédéric-Moisan, 72, rue Mazarine, Paris VIe. Tél. 01.49.26.95.44. 
Mais aussi en salle, le film documentaire, foncez : 
Documentaire américano-britannique de John Maloof et Charlie Siskel. 

 

www.vivianmaier.com

www.leparisien.fr/cinema/critiques-cinema/la-nounou-etait-une-photographe-de-genie

 

 

 

finding_viviane_maier-620x350.jpg

 

Nylonement 

Publié dans : Femmes dans l'art - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 3 commentaires
Jeudi 24 juillet 2014 4 24 /07 /Juil /2014 07:33

Je suis revenue auprès de ma soeur, un premier été totalement sans enfants, la plus petite, devenue grande vient de finir ses études de droit. Une prolongation en province, un diplôme puis un autre, des années de bonus avec elle, un privilège malgré la vingtaine passée, sa vie de jeune adulte, ses amours, ses humeurs. Mais maintenant je suis seule, comme ma soeur, cet été. Ces enfants sont avec son mari dans leur maison du pays basque, elle doit travailler encore quelques jours, je partage son appartement. Deux chats, une terrasse ombragée, des fleurs partout, un transat et des livres, je picore dans sa bibliothèque. Un lien et un souvenir.

 

2384487876da3576600c9d0ed008c28b.jpg

 

Avec lui, quand nous partagions des moments de lectures complices, sur notre canapé, lui assis, avec un bon auteur anglais, moi allongé, la tête sur ses jambes, avec une romancière américaine. Nous étions écclectiques, gourmands et gourmets de mots, de douceurs et de vérités. Des tas de pages, des romans et des polars, des documentaires, des beaux livres sur l'art ou l'architecture, tout était plaisir de lectures, de découvertes, de nourriture intellectuelle. J'aimais sa frénésie délicate, à chercher des nouveautés, à se tromper et en rire, à dégoter la perle de la saison littéraire. Nous avions tant de choses en commun. D'ailleurs il écrivait si bien, rarement en dehors de ses rapports professionnels, pris par le temps consacré à nos enfants.

 

Eux vivent libres maintenant, et je vois ce vide s'ouvrir plus grand encore qu'après le divorce, j'étais si en colère après cette jeunette, cette jeune femme si élégante, si en beauté, si arrogante à son bras, si différente de moi. J'avais une haine totale, féroce et blessante pour lui reprocher tout, dont ce point de rupture. Je l'ai haï longtemps, montant les enfants contre lui, vainement d'ailleurs, eux n'y voyait que le reflet d'une série télé ou de la suite semblable aux parents des copains. Une vie dissolue, une vrille dans laquelle j'ai perdu mes repères. Des amies, souvent seules, elles aussi, nous avons parlé, beaucoup parlé, de nos vies mais uniquement avec notre angle de vue.

 

EliseRika9.jpg

 

 

EliseRika11-copie-1.jpg

 

 

Il y a quelques mois, il est venu pour un papier administratif, une signature dans l'imbroglio administratif digne de Kafka, il m'a laissé une lettre en plus, avec un silence, un départ rapide, mais un regard que je lui connaissais. Je ne l'avais pas revu depuis notre rencontre, nos premiers amours, nos soirées collées l'un à l'autre, amoureux et fusionnels. Mais cela était si loin, car entre-temps des enfants nous avaient écarté pour marquer leurs places. Un éloignement. Dans ce courrier, il s'excusait de cette situation folle, de mes souffrances, prenant sur lui les erreurs, et avouant m'aimer encore. Je l'ai lue, relue, tant de fois, cette lettre. Dans mon sac à main, elle est pliée dans un coin, la plus belle déclaration d'amour.

 

Oserais-je l'appeler un jour, car oui, suite à cela j'ai vu une psy, une femme qui m'a poussé à lire la lettre à voix haute, à comprendre mon parcours, le sien, le nôtre à reculons. Elle ne cherchait pas de coupable, ni de bouc-émissaire, mais une solution, une vérité, plus complexe qu'une simple aventure, qu'une simple jeune femme passée entre lui et moi. Notre rupture était due à l'oubli de notre vie amoureuse, dans une routine évidente. Et oui j'étais complice. Lui et moi, nous avions travaillé un peu plus pour une belle maison, pour les enfants, pour la fatigue des week-ends, pour tout leur donner. Rien de plus, rien pour nous. 

 

 

tumblr_mg6vorPzqW1qg205no1_500.jpg


 

Une larme en regardant à travers le balcon ce couple, de mon âge qui s'embrasse, si amoureux, ensemble. Et si je l'appelais encore. Hier j'ai essayé, mais il semblait absent. Depuis si longtemps.

 

 

 

 

Nylonement


Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 2 commentaires
Mercredi 23 juillet 2014 3 23 /07 /Juil /2014 07:03

Voir le chemin derrière soi, non avec une profonde nostalgie, non pour corriger les erreurs, juste pour l'apercevoir, se gorger des moments intensément bons avec elle. Dans cette petite maison prêtée par des amis, les prairies et les moutons qui jouent d'ilôts en ilôts avec la mer à marée haute, je découvre des livres laissés sur un meuble ancien. En échange de ma présence, je refais leur salle de bain, avec un esprit rétro mais des finitions propres et sans fuite. 

 

 

946e61756689ff60e181676fc0e2f7e9.jpg

 

Le reste des journées est fait de balades, de moments libres, de repas simples entre poissons et crudités, des légumes du coin, des sourires avec les petits commerçants, des échanges simples, des bouts de relations sans la foule de la ville. Avec ma baguette sous le bras, je croise d'autres couples, et là je pense à elle. Oui cette femme, ma femme que j'ai tant aimée, si longtemps aimée. Une vie de douceur, une rencontre dans cette université où notre plus jeune fille a fait son droit comme nous, des souvenirs ce jour-là en revenant pour son diplôme, mais nous n'étions plus main dans la main, juste de passage, récemment séparés.

 

A cause de moi, oui, une jeune femme, mon statut de quinqua naissant, la belle et la bête, une erreur de casting, une faribole de quelques mois, une belle aventure, des soirées, des week-ends amoureux, des parties de jambes en l'air, de la lingerie sur les meubles, le sol, futilement rien, juste du fun. Puis un jour, face à moi, un divorce, un vide total, des souvenirs et des enfants devenus grands, une vie partie en fumée, mais avec des bulles de champagne pour fêter tout cela. Naturellement la belle est repartie dans un autre coin de France, une belle mutation, des déplacements, des espacements, la découverte d'une vraie erreur de casting. 

 

lea-seydoux-numero-tokyo9.jpg

 


Oui j'aimais encore ma femme, je l'aime toujours. C'était de ma faute, et j'en ai parlé à un psy, un homme qui a entendu mes complaintes, mes fautes, ma vie pro et personnelle, mes hauts et mes bas. Et un jour, il m'a demandé "et votre femme dans toutes vos errances ?". Force était de prendre sur mon dos les erreurs de notre couple, de ce divorce où elle avait forcément raison, où elle garderait la maison, où elle aurait gardé les enfants si ils avaient été plus petits, où j'était le fautif. 

 

 

EliseRika11.jpg

 

Ramenant un papier pour une signature, sans dramaturgie, je lui laissé une lettre pour dire tout ce que j'avais sur le coeur, là ici, au fond de moi, de ma bêtise mais surtout du temps plus important encore le temps ensemble, non sa nostalgie, mais le fait de l'aimer encore. Je n'osais aller sur la pente ouverte par le psy, et si "vous aviez oublié d'être un couple, au lieu d'être des pros et des parents uniquement", et si "Madame avait oublié de vous séduire encore", et si "vous aussi vous aviez oublié"... tant de questions dont je prenais encore la charge. Le sable entre les doigts de pieds, les pas, le ciel et ses nuages si beaux, si dessinés sur ce bleu vif.

 

Aujourd'hui je marche, je pense encore à ces mots, à mes mots. Je n'ai pas eu envie de donner la clef à mon psy, je n'ai pas envie de lui reprocher, à cette femme, à mon ex-femme, des éléments de notre vie. Nous avons peut-être oublier d'être un couple dès l'arrivée de nos enfants, un oubli passif, une perturbation devenue une météo instable puis calme, définitivement calme. Une routine. Je rentre pour prendre un thé chaud, là face à la mer, au vent qui se lève, à ce plaisir d'être seul soudainement, comme seul au monde, avec elle dans le coeur. Bien là.

 

 

492649929663796_fiy4Gw8C_c.jpg

 

 

Nylonement

Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 2 commentaires
Mardi 22 juillet 2014 2 22 /07 /Juil /2014 08:01

Assise dans la voiture, face à la route, entre camions et fourgonnettes, dans le flux de ce vent chaud, la fenêtre ouverte, je roule. Un rituel, une habitude, une routine, chaque été, presque à la même date, en cette fin de juillet, je prends une journée pour filer sur le macadam.

 

Etrange cérémonie avec la même station-service, quasiment les mêmes têtes, le même sandwich, le même arrêt-pipi, le même temps lourd, cette chaleur lourde, un poids sur mes épaules. Je redémarre, je file, je change pas d'itinéraire même si il y a des travaux, car à chaque endroit, là encore, je revois ces lieux communs à notre parcours. Son village, sa maison de famille, cette petite rivière où je venais avec elle, mon frère, mon père et quelques cousins. Un pont de pierre, du recul, un saut dans les souvenirs. Des chansons, un film de nos vies.

 

6b8a221e8cec22a5f7c7e414c0e21a9b.jpg

 

 

2c2eaeee49990e30eb5aa5beeecac069.jpg

 

Là une place devant une église, un clocher seul sans son transept, disparu durant la guerre, conservé ainsi, des prés, des vaches, des nouvelles maisons, je perds mes repères, des lieux un peu différents depuis mon enfance, des boutiques fermées en centre-ville, un café désuet, un nouveau supermarché à la sortie de cette ville de province. Une pause, les portes ouvertes, pour lui parler. Là devant ce cimetière, où elle repose depuis trop longtemps déjà, assez pour ne plus être de la famille, oubliée de mes enfants, oublié de nos repas. D'ailleurs même moi, je n'ai plus le coeur à venir ici, je suis un peu perturbée chaque année avant la date qui l'a vue partir, mais aussi ce manque soudain en moi. Des larmes, oui, grosses, chaudes, lourdes et déjà, comme à chaque fois, j'attends sa main douce sur mon épaule, ses paroles et son mouchoir de coton blanc, son parfum.

 

 

2ee2b2517357216542538fdbf9990841.jpg

 


 

La chaleur ramène des parfums, des herbes chauffées par le soleil, le foin, des feuilles, un brin de chèvre-feuille, des lavandes inconoclastes ici, des fleurs, de la verdure, elle qui est là, presque là. Je me tourne pour saisir le bouquet de fleurs blanches, une tradition de son vivant, une lubie qui faisait battre son coeur, si fort quand toute petite, avec mes sous, ceux de mon papa aussi un peu sans doute, de ma petit voix, je les prenais chez la fleuriste. Et ensuite avec une fierté sans commune mesure, je lui donnais en rentrant dans la cuisine où elle préparait le repas de son anniversaire. J'aimais sentir ses jambes, ses bras, son tablier sur sa robe toujours si simple et féminine. Je pleure en faisant les derniers pas au-dessus de cette pierre de granit. Je pense fort à elle, juste aujourd'hui et tant d'autres jours, je reste fière pour elle, je garde cette force comme elle me le montrait. Maman tu me manques, aujourd'hui, hier et demain.

 

D'une main, je sors le mouchoir, j'essuie mes larmes, je lève les yeux au ciel, et je t'envoies des bises. Elles s'envolent dans un souffle de vent.

 

 

80a5040fba7a5d7e70a906e7d754a0f2.jpg

 

 

Malgré les mots, malgré chaque jour un peu de romance pour décrire les féminités,

je dédie ce texte à toutes et tous, qui n'oublions pas nos proches,

partis un jour, dans nos coeurs toujours.

 

Nylonement

Publié dans : Femmes, vous ? - Par Gentleman W.
Savourez les 0 commentaires

Votre Nylon-Volupté.com

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !


 

 ruban_satin_rose-nylon-volupte.png

 Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances rétro et du glamour toujours, je partage avec vous,  ce chic et cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

 

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

GENTLEMAN W 

Qui est Gentleman W ? ou Qui êtes vous ?

 

gentlemen-w-xs.jpg

 


Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

copyrights-virtual.jpgLes photos sont ici uniquement à titre non marchand comme ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite une souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email : gentleman.nylon@gmail.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.


Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog.

 

Rédacteur OrSeriE

       


 

Logo Menu NylonMode.com V3.2 xs

 www.Nylon-Mode.com

Suivez l'actualité Lingerie

et les collections Bas & Collants

 

 

 

Bas & Collants de luxe

dans la boutique CERVIN

 

reduction-cervin.jpg

 

 

SATINBOX

Découvrez www.SATINBOX.net

 

Satinbox-Passion-Rose---transp-copie-1.png

SATINBOX   Passion

 

Satinbox-Volupte-Ivoire---transp.png

SATINBOX   Volupté

 

Satinbox-Glamour-xs-transp.png

SATINBOX   Glamour

 

 

Un nouveau concept de boîtes de rangement

avec l'intérieur satiné, pour votre Lingerie,

vos + beaux dessous, vos bas & Collants.

 

satincube-xs-trans.png

 

Une création & une exclusivité Nylon-Mode.com

Offrez-vous le luxe d'un rangement soyeux

pour un plaisir pratique au quotidien

 

Découvrez www.SATINBOX.net

 


Recherche ???

Articles Féminité & Féminisme

Articles Portraits de Femmes

Ordre de la Jarretelle

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, nous avons lancé l'initiative d'une confrérie nommée "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Nos statuts sont en cours de rédaction.

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4


Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

 

Blogs & Coups de coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 

 
femmemajuscule.jpg
causette-34.jpg

rose-magazine-3-copie-1.jpg



Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques.

Inspiration, parfois même coup de foudre, souvent une amitié qui commence avec des mots, une ambiance.

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

enfinmoibordeaux-relooking.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

lesfillespensentque une belle plume

mindalicious.fr géniale modeuse

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

leblogdelalilloise une belle dynamique

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

misspandora.fr fée de mode

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

citizencouture.com la mode online

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !

 

NYLON MODE Team travaille sur un livre des bloggeuses mode (2013)

en langue française, voir NYLON-MODE.com

 


Articles Bas Nylon

Bas Nylon & Collants

Accessoires MODE pour vos Jambes

Un monde des marques actuelles, françaises et internationales, mais aussi des références vintage (articles du dimanche) pour explorer ce monde indispensable à l'élégance de vos tenues Mode.

CERVIN YVES ST LAURENT

NYLON D'OLIV   PHILIPPE MATIGNON

CHANTAL THOMASS  GIO ARISTOC

WOLFORD  LE BOURGET

DIOR  CETTE  CLIO

JONATHAN ASTON  MARIEANTOILETTE

FALKE KUNERT AMORALLE

LES QUEUES DE LA SARDINE  FARELL

SECRETS IN LACE GERBE

ELEGANTI  DIM  PRETTY POLLY

TRASPARENZE CAROLINE B

LA PERLA  PIERRE MANTOUX

VENEZIANA FOGAL

CHARNOS  PAMELA MANN

LEG AVENUE LEVANTE

EMILIO CAVALLINI WELL

GOLDEN LADY   CHESTERFIELD

LOVE ME  OROBLU  LEVEE

LUISA MARIA LUGLI   MURA 

SILKY  GATTA  FIORE  ERGEE

ZOHARA DD  BERTHE AUX GRANDS PIEDS

CALZEDONIA   BONNIE DOON

 

Plus d'infos sur NYLON-MODE.com

Féminités & Mode

  • : Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • : Univers évanescent sur vos Féminités, votre mode, votre interprétation quotidienne, avec des voiles légers sur vos jambes. Labyrinthe capitonné de glamour, de Sensualité, marquées par vos coutures sur vos bas Nylon. Ambiance parfumée d'élégance et de volupté, pour rendre hommage aux Femmes, chaque jour, avec des billets d'humeur chic, des portraits de Femmes, des instants de vie et des regards. Glamour toujours.
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Aimez-vous, Aidez les !

 

Cancer, trop proche de nous .

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

 

Aimez vous les uns et les autres

 

 

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous !

Protégez-vous !

ruban-rouge-sida.jpg

Vivez !

RSS for you

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés