Mercredi 29 octobre 2014 3 29 /10 /Oct /2014 07:00

Oui, aujourd'hui, enfin récemment pour être précis, c'est la première fois.

 

A mon âge, mais celui-ci a-t-il de l'importance pour valider la notion de "trop tôt" ou "trop tard" dans une existence. Je vis, après un divorce, des doutes nombreux dont ceux pour élever seule des enfants, face à un travail éprouvant et une société en crise où certains mots blessent plus encore quand on est dans cette situation. Des doutes donc aussi face à mon miroir, à mon corps de jeune femme devenue femme, devenue mère plusieurs fois, devenue épouse rejetée, oubliée, face à mon propre oubli de mon corps.

 

Et lui, cet homme, ce hasard incompréhensible, porté par des sentiments cachés, une protection naturelle de l'un comme de l'autre, il a réussi à me donner des ailes. En créant un vrai lâcher-prise, en créant une bulle de confiance spacieuse pour y vivre à deux, pour y vivre séparément, dans nos moments solitaires mais aussi dans nos intenses duos charnels, il a donné du sens à mon existence, de nouvelles directions, en commun.

 

 

284814_209458332434555_7755708_n.jpg

 

Et je suis regardé différemment, durement au début, puis naturellement, avec ses conseils, ses mots, ses vérités directes, mais aussi ce franc discours sur ma volupté. Il m'a permis d'accepter mes courbes, ma réalité actuelle, des modifications douces de mes lignes avec un peu de sport, en croyant en moi, en serrant chaque fois ce tout, moi, entre ses bras.

 

Sans conciliation, avec des sentiments, il m'a déshabillé, rhabillé, guidant mes yeux, palpant chaque muscle, caressant ma gorge, ma taille, mes hanches, déposant des bises et ses mains pour enlacer de beaux dessous, mon corps. Il m'a fait l'accepter, mais pas en renonçant, pas en admettant la fatalité de certaines rondeurs, juste en insistant sur ma beauté, celle d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Oui car le temps, en commun, m'a vu changé de taille, tout en conservant mes atouts, tout en montrant mes seins, sans les exhiber, en admettant là encore ma vérité de femme. Toujours il m'a aimé, m'aime encore plus aujourd'hui pour croire en cette nouvelle garde-robe, avec des conseils, des erreurs même, des rires beaucoup. 

 

Que d'essayages pour me trouver, pour jouer avec mes facettes, pour me libérer et oser enfin, ouoi à mon âge, en exprimer certaines. Je me suis dévoilée, je me suis sentie plus féminine. Et au gré des mois, j'ai pris un réel plaisir externe sur ma silhouette, mais encore plus intérieur à devenir cette nouvelle femme. Du moins à révéler celle que j'étais, que je voulais être enfin, sans rester cachée.

 

 

271044_209458275767894_1628487_n.jpg

 

 

Aujourd'hui, nous nous aimons, je l'aime si fort, et lui aussi timide, il a osé me demander de faire des photos. Juste pour nous, pour me voir, pour revoir, pour rêver sur la femme que je suis, toute en rondeurs, simplement sur moi.

Une idée autour d'un corset, d'une culotte, d'un collant. Ce fût délicieux, comme un rêve.

 

Et là derrière l'écran, en corrigeant uniquement les lumières, je viens de lui avouer que je me trouve enfin belle. Pour moi, pour la prochaine série de clichés, je remplacerai volontiers les résilles par des véritables bas nylon. Pour une touche de glamour, celle que j'ai trouvé en moi, avec toutes les attentions respectueuses qu'il m'a donné.

Vivement demain !

 

 

282606_209458215767900_7064811_n.jpg

 

NYLON-VOLUPTE.com

le blog de toutes les facettes glamour

de la féminité

 

 

 

Nylonement

 

 

 

 

Octobre rose 2014

www.cancerdusein.org

AFFICHE_LAUDER_CANCERDUSEIN_2014.jpg

 

 

 

Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 4 commentaires
Mardi 28 octobre 2014 2 28 /10 /Oct /2014 07:52

A l'ère des nouvelles technologies, j'avais apprécié cette invitation manuscrite, avec des lettres arrondies, des belles anglaises sur un carton épais. Une amie travaillant maintenant dans les relations avec la presse et dans la communication des marques de luxe de son groupe, avait eu la bonne idée de réunir de "vieilles copines" de notre école de commerce, celle où nous avions toutes passées nos cinq années avant de sortir avec un mastère spécialisé. Un groupe soudé alors par des cours communs, des devoirs et des beuveries ensemble, mais aussi parfois par des colocations entassées.

Serait-elle toujours aussi mince, aussi sobre dans ses vêtements, parfois on se moquait de ce minimalisme quasi Ikea de la mode. Elle rigolait en nous époustouflant avec une jupe zippée et impeccable, un top en coton apparemment sans forme qui tombait à merveille, son corps peut-être aidait à ce tout réussi. 

 

Femmes-2014-1990.jpg

 

Six années déjà, avions-nous changé ? un peu, beaucoup, pas du tout ? Ma meilleure copine était parti en Allemagne pour un groupe de chimie, pour suivre ce beau blond devenu son mari, elle était enceinte de deux bébés. Sa grossesse l'empêchait de venir jusqu'à nous. D'autres contacts dilués par le temps et par les affinités naturellement dégradées par la distance, me donnaient parfois des signes de vies via Fb, on discutait fringues, famille et boulot.

Les années passaient, les célibataires restaient, les séductrices se mariaient et avaient quelques enfants, les faire-parts circulaient. D'autres avaient oublié ce pan-là pour se consacrer à leur job d'enfer, pour grimper à la sueur de trop nombreuses heures de présence, de réunions et de rapports, dans les étages du management. Quelques rares cas, sautaient d'un boulot à l'autre, en quête d'un job idéal, impossible, et souvent finissaient par créer leur emploi sur-mesure. 

Je les verrai ce soir, derrière ce porche, ce code et sa porte automatique, en haut de cet ascenseur parisien grillagé, chic au creux de cet escalier en marbre.

 

 

8327132642_14d0308b05_o.jpg

 

 

8327132528_1e685bec81_o.jpg

 

 

La tenue avait été un exercice, comment continuer à être soi quand des années auparavant on avait vécu entre jean et tee-shirt, parfois pull moelleux. Mais depuis j'avais changé de clans, surtout depuis quelques mois, encore plus. J'avais choisi de mettre mes jambes en valeur, de porter des jupes, des robes, des tuniques même durant l'été. Ma féminité simple était devenu une part de moi, et récemment un point de séduction.

Collants opaques au début, collants fins, jupes longues puis au genou, puis courtes, j'avais tout essayé, pas tout adopté, mais mes collègues m'avait rassurée. Chaque jour, je jonglais donc entre le tailleur pantalon et le tailleur jupe, avec des bijoux pour marquer mon style, un peu de maquillage.

Ce soir, j'avais choisi la guîpure mais avec un collant rouge, un peu flashy, très opaque, mon caractère pour sortir ce soir, me montrer avec une présence différente, avec mon moi actuel. Après tout je ne venais pas pour être l'étudiante discrète de nos soirées passées. J'étais heureuse, mon petit ami m'accompagnait, j'étais bien.

 

 

Femmes-2014-2097.jpg

 

 

Nylonement

 

 

 

 

Octobre rose 2014

www.cancerdusein.org

AFFICHE_LAUDER_CANCERDUSEIN_2014.jpg

 

 

Publié dans : Femmes & Portraits - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 2 commentaires
Lundi 27 octobre 2014 1 27 /10 /Oct /2014 07:24

Fêtes durant tout le week-end, transition entre les happy hours de vendredi soir entre collègues, une sortie sans fin entre copains et copines du samedi soir, et finalement cette soirée avec ce type rencontrée hier, toujours en boîte, entre piste de danse et comptoir. Fatiguée serait un doux euphémisme pour décrire mon état, et surtout celui de mon studio.

 

Fringues, jupes, collants, pulls, culottes, escarpins, chaussures, pantalons, tee-shirts, tout est en vrac entre les essayages et mon état comateux de chaque retour. Je marche sur ce tas de choses, je cherche les murs pour ne pas rencontrer les coins de meubles, je plie sans rompre, mais le sol a tendance à s'assouplir, voire à prendre du gîte, ou du roulis. Distorsions des largeurs et des longueurs, je vire vers la porte oblique.

 

 

____by_oprisco-d7fskf8.jpg

 

 

___i_lead_by_oprisco-d1oik2o.jpg

 

Tangage, tribord et babord, j'ai taper les murs de mes toilettes pour réussir à poser mon derrière dessus hier soir, enfin ce matin, en rentrant tard, très tard, trop tard. Toutes les dimensions enflent et parfois se compriment vers ma tête. J'étais prête à me vomir, tellement l'alcool et les cigarettes m'ont dégligué le cerveau. La musique donnait encore dans le matin froid, avec ce premier métro du matin. Pourtant dehors, quelques oiseaux, du vent, un jour naissant, pas de monde, et moi qui vibrait en musique, qui chantait peut-être, je me souviens de bribes de cette matinée, peu de la soirée. 

Le papier m'a échappé des mains, le rouleau est devenu kilométrique, et je ne vous dis pas ma morphologie digne d'un dessin revu par les monty-python. Des bras trop courts, des nausées, des murs trop proches, du papier. 

 

Troublée ne serait pas un mot juste, évaporée nom plus, juste absente de mon cerveau, comme de passage dans ce corps qui était le mien sans en avoir le contrôle. Beurrée, version grand large, déglinguée de première classe, bîturée, je suis une loque. Mais là, enfin je sens ma peau, sous la douche.

 

 

____by_oprisco-d7drjig.jpg

 

L'eau me brûle, et pourtant je viens de comprendre que j'avais encore mon top en soie, trempé maintenant sur moi, comme mon collant. Deux tonnes pour deux vêtements à décoller de ma peau, en foutant de l'eau partout, je cherche le savon, pour avoir une odeur saine proche de moi, pour me chouter avec de la vie active, de la lavande ou du parfum des îles.

J'émerge au fur et à mesure que mon corps réagit à l'eau froide cette fois. C'est mieux, car dans quelques heures, je vais être en réunion, fatiguée, désarticulée, défigurée si le maquillage devient un trafalgar avec un pinceau d'eyeliner de deux mètres. Je dois retrouver le contrôle, mais trois soirées, trois longues nuits, pas de journées, de repas normaux dans un week-end, cela fout tout en l'air.

 

 

____by_oprisco-d730cuy.jpg

 

 

____by_oprisco-d787xne.jpg

 

Heureusement, trente minutes de douche froide, une robe noire un peu structurante sauvera le déluge de vagues qui me hantent encore. Un collant opaque, des bottes. Un peu de poudre pour chasser mon teint blafard. Ok, j'avais des invitations, avec de belles rencontres, un chagrin d'amour en poche avant aussi, mais là, j'aurai dû dire stop. Pas aux autres mais à moi-même, car là je suis minable.

Je vais prendre l'option piétonne pour prendre l'air, pour aérer les neurones mortifiés de honte qui sont cachés dans un coin. Je me regarde dans les vitrines, je cherche les repères, des lignes droites, des perspectives fiables pour mes yeux encore en pleine naviguation éthylique, espérons que les emails seront nombreux pour occuper ma matinée. Ecouter, sans sombrer dans le sommeil, sera mon objectif du matin. Du jour.

 

Et ce soir, dodo, toute la semaine, dodo et zéro sortie. Même si le blues de la célibataire, de la plaquée revient me hanter. Rien. Dodo.

Bonne semaine à toutes.

 

Nylonement

 


Publié dans : Femmes & Mode - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 3 commentaires
Dimanche 26 octobre 2014 7 26 /10 /Oct /2014 10:53

Qui de la pinup ou des bas nylon, a permis de nourrir l'image du glamour ?

 

La pinup aurait-elle pu exister sans porter des bas nylon, sans exhiber de sublimes coutures au dos de ses jambes ?

 

Le bas nylon aurait-il eu un tel essor dans l'imaginaire des hommes, dans la sensualité héritée des femmes sans ces images frivoles ?

 

304792_390697581000893_641812966_n.jpg

 

 

557558_390697157667602_643612278_n.jpg

 

En cherchant un peu, on retrouve des thèses de sociologie, ou de simples chapitres de celles-ci dédiés à cette étude sur l'importance de la mode et de la lingerie, de l'érotisme dans les comportements des citoyens. Mais le hasard de l'Histoire, tant dans la version guerrière avec des troupes en combats réels pour sauver le monde de la bête immonde, que dans sa version économique avec des restrictions sur la soie, on fait apparaître quasi conjointement les deux phénomènes.

 

Leur point commun, la femme sensuelle, la femme-objet devenue égérie d'un régiment, sources de lectures faciles et de posters pour la détente, avec sur ses jambes, le plus éminent symbole de la liberté, la ba nylon. Ce simple accessoire qui lit le visible et l'invisible, emporte l'imaginaire vers des contrées intimes, inaccessibles le plus souvent.

 

Certes les premiers dessins, les premières illustrations stylisées de femmes élégantes, habillées ou parfois un peu moins, parfois plus du tout datent du siècle précédent. Je conseille la lecture parfaitement illustrée, richement documentée des différents artistes du  blog PINUPMANIA, sur ce sujet.

 

La réponse à mes interrogations mériterait plus de mots, plus de temps, plus d'explications sur les raisons et le développement des pinups, un analyse plus complète sur la courte vie de l'autre. Car si tous les deux ont eu un âge d'or quasi commun dans les années 40-50-60. La richesse  des décennies suivantes, l'arrivée de médias en couleur, plus animés comme la télévision en premier lieu, des chaînes plus nombreuses ensuite, avec de plus une certaine libéralisation de l'art et des courants diverses, et enfin l'internet, ce cocktail de plus en plus riche, avec des saveurs des plus variés, a permis l'émergence de nombreuses reprises ou de nouvelles créations pour faire vivre la pinup, et pour prolonger ses jambes avec des bas nylon.

 

 

539103_390697457667572_139029755_n.jpg

 

 

419268_390697207667597_1988467301_n.jpg

 

Ainsi quasiment unanimement aujourd'hui, les pinup modernes portent des bas, vintage ou actuels. Elles arborent de fières jarretelles tendues vers un revers soyeux, elles ne négligent jamais la couture, pour amplifier la symétrie parfaite de leurs courbes, de leur verticale beauté.

 

La photographie distille encore plus facilement cette image, parfois aux limites du porno et du vulgaire, mais il y a des amateurs et des amatrices du genre. Plus facilement les clichés explorent le monde fetish, souvent avec des pratiques ou des matières nouvelles, trop souvent considérées comme underground, mais avec une quête fortement marquée de l'esthétisme. Les univers de la mode et de la lingerie ont su reprendre cette image pour la transformer avec plus de modernité. Ainsi les amateurs comme les professionnels ont joué avec les facettes de cette image, n'oubliant jamais de donner des bas nylon aux jambes immenses des modèles, perchées sur des hauts talons vertigineux.

 

Photographes ou simples passionnés, pour ne pas dire voyeurs patentés, modèles et femmes élégantes, mais aussi séductrices le temps d'un shooting, l'univers glamour a profité des milles facettes de cette féminité.

 

Maintenant, je ne vous dirai qu'une chose :

Prenez la pose, et n'oubliez pas vos bas nylon.

Vous serez toujours une femme éternelle.

 

 

294673_390697337667584_1089320413_n.jpg

 

 

387056_390697491000902_839834221_n.jpg

 

 

556624_390697241000927_527655404_n.jpg

Copyrights PINUPGLAMOUR.com

via Pinterest.com

 

 

Bon dimanche

 

Nylonement

 


Publié dans : Pin-up & Femmes - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 5 commentaires
Samedi 25 octobre 2014 6 25 /10 /Oct /2014 15:13

La rue, la foule, la mode, plutôt même des modes, des choix de mode, des femmes, de tous âges, de toutes morphologies, chacune trouve son chemin là, devant vos yeux. Chaque jour, chaque saison offre une palette différente de couleurs, de coupes, de longueurs, avec des silhouettes qui s'animent entre chaussures et coiffures, avec tant de variantes de combinaisons personnells.

 

Aujourd'hui encore, les bas nylon seront rares, cachés sous des robes, avec ce vent frais, cachés sous des manteaux plus longs, les premières doudounes. Ou même simplement, ils seront là sous la table, devant un café ou un thé, à la maison, en pleine détente, en pensant peut-être à ce soir. 

Dîner en amoureux, repas de famille, sortie entre amis, spectacles ou soirée solitaire, chacune optera pour sa féminité, avec ou sans bas nylon. Son propre choix, son plaisir tactile pour ses jambes. Son choix ? Vôtre choix ?

 

10569021_284721098380407_2445083899987870558_n.jpg

Copyrights Photos du net

 

Le bas nylon sera non plus une couture verticale, mais aujourd'hui j'attirerai votre attention sur la cheville, sur le bas de ce bas si fin, si aérien, quasi transparent. Là comme un bijou anodin, un simple bracelet, il se signera d'une fintion, d'un dos de jambe, avec différentes variations. Un renfort devenu au fil du temps, une signature de pure élégance, une marque unique des élégantes, comme un diamant sur ce bijou, un plus indéfectible.

Les habituées, les passionnées seront donner une dénomination à ce talon, à cette forme variant du simple triangle étiré à un rectangle plus ou moins large, mais avec d'autres exceptions pour sublimer la féminité. ( voir ici pour découvrir ces termes,  ou cet autre article ici )

 

Car de ce bas vous verrez, vous apercevrez cet extrémité, parfois avec une chaussure dodelinant en douceur, pour libérer la douceur de la finition sous la voûte plantaire, jusqu'aux orteils. Voir alors des ongles vernis billants de sensualité sous le fin voile, voir la belle devant, finissant sa tasse, rangeant son sac à main, chaussant de nouveau son escarpin, disparaître, avec ce mystère d'avoir vu un bout de bas nylon.

 

Quelques petits plis laisseront des traces magiques dans vos pupilles, pour vous conforter dans la présence réelle d'un nylon cristal, souple et délicat, pas totalement enveloppant et moulant comme les matières modernes. Un détail, un tour de magie, un lien entre la tradition des années 50 et votre élégante du jour ! Ces chevilles, cette femme ? Elle ? Vous ?

 

1424491_263362527150281_2073021214_n.jpg

Copyrights la poétique Imajill

 

1424491_263362533816947_1087523749_n.jpg

Copyrights la poétique Imajill

 

Pour prolonger les souvenirs comme de délicieux instants que vous pourrez savourer infiniment en mémoire, j'évoquerai le haut du bas, ce revers, graal inaccessible. Partie cachée, seconde extrémité de cet accessoire, invisible et sujet à tant de supputations.

 

Et finalement ce n'était qu'un collant, une simple enveloppe sans forme, un machin de polyamide et de lycra. Si ce n'était qu'un bout de vos rêves, de vos attentes, de vos désirs. Vous avez cru à un bas, vous avez attendu un bas, vous avez espéré un bas. Bas jarretière tout simplement ? non vous avez misé encore plus, comme une volonté sponsorisée par la la FDJ, en rêvant le gros lot directement, le premier rang avec tous les bons numéros, alignés comme des jarretelles. Ah ! sulfureuses pensées ou troublante réalité, car si les premiers signes ci-dessus vous ont attiré le regard, vous ne pouvez rêver pour connaître le reste. Maintenant vous ne savez pas, et ensuite pas plus, probablement jamais. 

 

Votre regard suit ses pas, sa silhouette, la rue, la foule, la mode. Vous ne gardez que son mystère.

 

Et vous, madame, l'élégante qui a choisi ce matin de porter des bas avec un beau serre-taille, ou ce soir après une longue balade avec votre amoureux, avant un dîner à deux, qui avez posée sur vos hanches un porte-jarretelles, en ajustant la tension de votre nylon, de vos coutures noires, droites, oui Vous !

Vous connaissez ce mystère, ce tour de magie, ce bonheur personnel d'un simple accessoire qui vous enveloppe d'une sensation toujours renouvelée, d'un flot de baisers de nylon. Vous savourez cette volupté, toujours présente, débutant en haut de vos talons, derrière vos chevilles, enlaçant vos jambes, jusque sous votre jupe. Vous ne direz rien, vous ne lui direz rien, vous les oublierez même en posant naturellement votre main sur votre cuisse, sur ce voile si tactile.

 

 

Bas-Nylon3-0048-nb.JPG

Copyrights BAS vintage LA PERLA by Pamina

from pnylonstockings.canalblog.com

 

 

Son regard sera toujours le même, coincé entre le visible et l'invisible, entre vos escarpins et cette jupe. Vos jambes, votre mode, votre humeur du jour, votre amour entre ses bras.

 

Et si sa main se posait là. Non pour voir, mais pour comprendre son rêve intérieur.

 


 

Nylonement

 

 

Publié dans : Nylon & Mode - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 2 commentaires
Vendredi 24 octobre 2014 5 24 /10 /Oct /2014 07:15

Cachée derrière un pseudo, j'avais sillonné plusieurs sites de rencontres, pour ne plus qu'en conserver qu'un seul, pour sa qualité, pour les options et puis pour les affinités plus nombreuses avec des autres profils.

En deux ans de soirées solitaires face à mon écran, fatiguée par un boulot liberal très prenant, je pouvais sortir sans predre trop de temps, sans subir les ambiances navrantes. Ainsi je croisais des fiches, puis j'échangeais avec certains, parfois juste quelques mots pour comprendre leurs attentes. Au fil du temps, des liens s'étaient tissés, mais avec très peu de rencontres réelles, la distance souvent, l'envie modérée aussi, et puis je n'avais pas réellement de désir, sauf peut-être celui de lire des mots agréables pour moi.

 

10394824_933165130033682_3264698749177376991_n.jpg

 

 

1536600_792100317473498_2103077890_n.jpg

 

Et puis il y avait eu cet homme, un profil élégant, des photos ensuite, vraies, sans fioritures, une certaine honnêteté, rare en ce lieu. Un style d'écriture en lien avec le reste, et puis simplement ce partage sans trop insister, donc c'est moi qui l'avait relancé, en lui parlant de mon amplitude charnelle, proportionnelle à toutes mes gourmandises, à ma réelle attente pour chacune de ses réponses.

Un soir, j'avais tout misé, tapis comme au poker, pour lui dévoiler ma vie, mes formes, moi. Rien de surprenant, mais plus de transparence, puis ce silence, cette longue soirée, à écrire, à décrire, à entendre ses émotions face à ce moi révélé. Une harmonie, des heures durant, des discussions sur tous les sujets, sur nos passés même, sur nos doutes, sur ce qui façonnent nos personnalités d'aujourd'hui. On a ri, parfois l'émotion reprenait le dessus, avec la difficulté de transmettre un sentiment dans des phrases courtes, dans un échange très interactif, mais sans intonations dans les paroles sur écran.

 

Alors on a fini au téléphone. Plus exactement jusqu'au petit matin, une nuit blanche à parler de tout, de moi, de lui et aussi de nous. D'un rendez-vous, d'un restaurant. Ensemble.

 

 

431074_345103668843245_698971077_n.jpg

 

 

10444005_820513507968923_7262616506182684199_n.jpg

 

Sur la volupté, il m'a rassuré, en me parlant de ses rondeurs aussi, de son goût pour une féminité sensuelle, loin des diktats de la presse féminine. On a ri encore.

Aujourd'hui, ce soir, ce vendredi soir, nous serons enfin ensemble dans un bistrot pour gourmets, lui et moi, je dois choisir ma robe, mes chaussures, ne pas trop en faire, mais le séduire, ne pas me cacher mais plutôt assumer mon corps, comme toujours. Ce soir plus encore !

 

 

Nylonement

 


Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 1 commentaires
Jeudi 23 octobre 2014 4 23 /10 /Oct /2014 07:20

Je fais une pause dans ma journée remplie d'articles, de photos, de montage et de recherches pour d'autres publications, j'adore ce métier entre mode et journalisme. Dehors le vent souffle dans les trenchs, dans la couleur des manteaux, sous les jupes parfois, entre les bottes, l'automne s'impose.

 

Dans ma robe vintage, je me lève pour aller prendre un café, en croisant mes collègues, toutes uniques dans leurs choix de mode. Mais toutes avec des marques actuelles, des coupes et des tendances similaires. Je me sens doublement unique, avec la dimension du temps en plus. Adolescente, j'ai pu fouiner dans les armoires de ma grand-mère, partager les instants mode avec mes soeurs et ma mère. On passait des heures à essayer des vêtements, de tous les types, de toutes les longueurs, de toutes formes et surtout de toutes les époques.

 

 

529381_408136892547196_1056784037_n.jpg

 

 

Un véritable plaisir, ajouté à des leçons de mode, quant la tendance du moment faisait référence à des décennies passées, ma mère prenait le temps de ressortir des magazines, de chercher avec moi sur le net, pour comparer, pour comprendre. Avec les accessoires, indispensables bonus d'une tenue réussie, loin du mannequin en plastique, et pourtant dans une sobriété propre à chacune.

 

Certes la première fois, que je suis venu ici, dans les bureaux avec un petit chapeau, certaines ont regardé, d'autres boudé, et puis les curieuses ont voulu savoir. Le vintage était un peu de moi, c'est devenu ma signature. Robes, chemisiers, jupes, sacs à main, gilets, manteaux, je ne suis pas 100% old fashion, mais je pioche et je combine. Plumetis par-çi, gants par-là, des détails qui ornent ma silhouette. Quelques bijoux mais là je préfère les petits prix des chaînes de centres commerciaux. Mais pour mon quotidien, je peux jouer de ma jupe crayon en strech ou d'un modèle plus ancien, dans une flanelle plus légère. 

 

 

400046_560608840633333_736019777_n.jpg

 

 

 

amanda-seyfried-kai-z-feng3.jpg

 

 

Toujours je suis mes envies, tailleur ou simple tenue de ville, j'aime aussi être encore plus féminine, avec quelques perles de mode des années 50, le bonheur absolu. Vamp voire fatale, ces jours-là sont toujours marqués par plus d'élégance. La coiffure avec, les talons hauts, mais rarement des modèles vintage, le confort est plus actuel. Je suis sûre alors de faire sensation en entrant dans l'ascenseur, en traversant l'open-space. 

La jalousie des premiers instants a cédé sa place à des pauses café plus glamour, des moments de rigolades et des sorties vers les salons vintage. Je partage des adresses, des ventes où chacune trouvera un morceau de passé mais surtout des pièces réellement uniques; Souvent sans marques, sinon trop chères aussi, mais avec un cachet, une coupe plus affirmée. Bohème des années 70, avec un capeline pour l'été, tailleur à épaulettes et jupe courte des années 80 pour le printemps, tout est possible. 

De toute façon, ce n'est pas la mode, c'est mon quotidien, mon bien-être personnel.

 

Que diront-elles ce soir, pour notre soirée annuelle, quand je vais entrer dans la foule, avec cette petite robe noire au dos nu, les bras couverts d'un cuir prune ?

 

 

422693_503298556364362_977138692_n.jpg

 

 

Nylonement

 

Publié dans : Femmes & Mode - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 1 commentaires
Mercredi 22 octobre 2014 3 22 /10 /Oct /2014 07:15

Dans le confort de mon canapé, une grosse angine, l'automne et ses gouttes sur les vitres du salon, je vais rester là, sagement au chaud pour retrouver mon énergie, ma pleine santé. Et je vais feuilleter mes dernières trouvailles du week-end, un peu de chine dans les brocantes et les vide-greniers du quartier. 

Des magazines anciens, des pépites pour voyager dans le temps. Vers cette mode adorable des années 50, quand juste après le new-look lancé par Christian Dior, les femmes marquèrent de leur style, de leurs envies d'après-guerre, une décennie d'ultra-féminité avec tant d'accessoires élégants.


 

393572_318296414864578_1922726200_n.jpg

 

Chapeaux et voilettes, je n'ai jamais essayé, mais je suis séduite par ce détail-là. Par ce charme devenu juste possible lors des mariages, et pourtant la beauté d'un chapeau pourrait redonner du style à la foule, tous les matins, dans les transports, plus encore en arrivant au bureau. Cela serait sujet à des compliments , quelques moqueries aussi, mais toujours un choix unique pour affirmer son allure.

 

Car elles en avaient, les femmes de cette décennie, dans leurs toilettes du jour, du soir, suivant les convenances et les occasions, les tenues variaient, les vêtements étaient un code, et avant tout une élégance.

 

 

393441_302007403160146_746743750_n.jpg

 

 

392496_445805325447019_926848826_n.jpg

 

J'aperçois les robes corolles  mais aussi les fourreaux, mais je laisse la fourrure aux autres, même fausse. Quelles lignes subtiles, quelle silhouette !

 

Je bois mon thé, les yeux tournant les pages des vieux magazines d'époque, avec des conseils sur-mesure pour les femmes du monde. Des astuces désuètes dans leur expression mais pourtant des mines de détails sur le sac à main du moment, sur les chaussures, les formes des talons, les créateurs tendances.

 

Les gants, ultime atouts des femmes en plus de leurs dessous, de leurs fameux bas nylon à couture, nouvelle liberté des années 50, ultime signature d'une sensualité disparue depuis. Les gants donc, en satin, en coton travaillé comme une dentelle, en cuir, courts et façonnés, mi-longs, longs, je regarde, j'adore.

 

Passion et pulsion, je pose les photos, et dans un lein moderne, je consulte les annonces sur internet, bien dans mon époque. Des gants, je cherche des gants en cuir, jusqu'en haut de mes avant-bras, pour devenir la reine du prochain dîner, ou de cette prochaine soirée. Elles auront toutes des petites robes noires, des escarpins de marques, mais pas des gants longs. Un détail étincelant de féminité. Je visite des sites, je trouve différentes offres, je succombe.

 

Je suis là dans ce canapé, dans mon gros pull long, mais je les sens déjà sur moi. 

 

 

397310_349313408429545_1487154359_n.jpg

 

 

 

Nylonement

 

 

 

 

Octobre rose 2014

www.cancerdusein.org

AFFICHE_LAUDER_CANCERDUSEIN_2014.jpg

 

 

 

Publié dans : Femmes & Mode - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 2 commentaires
Mardi 21 octobre 2014 2 21 /10 /Oct /2014 06:58

Quand j'ai eu mon premier vrai salaire, ma première priorité, d'ailleurs la seule, face à mon envie débordante, était ce sac à main de marque. Et pourtant sur le chemin, j'ai craqué pour une autre tendance de cette époque-là, des bottes, une version haute en talon, qui finalement s'est transformée en objet unique, en cuissardes incroyables et folles pour mon look encore d'étudiante version jeune fille, pas encore réellement affirmée en tant que jeune femme.

 

Une paire de cuissardes que j'ai porté avec mon jean slim, avec des jupes trapèzes de toutes les couleurs; la mode, mes affaires étaient mon exutoire, mon plaisir de fin de semaine. Des bonheurs qui parfois rendaient hystériques mon relevé de compte bancaire, surtout quand arrivèrent aussi les charges de mon petit studio et la surprise des premiers impôts. 

 

8251099844_0a87183dce_b.jpg

 

Puis il y a eu la période des escarpins, de toutes les formes, de toutes les hauteurs, entre 5 et 15 cm, j'ai appris à marcher avec, à vivre avec, tout en montant les marches plutôt les échelons dans mon poste, pour atteindre un premier poste de responsable. Décisionnaire, mon image avait changé, avec toujours des marques mais aussi des soldes plus raisonnables, et un goût plus pointu. J'alternais les petites robes noires, avec les bleues, ma couleur préférée, suivant les saisons, suivant les instants de séduction, les premiers avec mon futur mari, nos balades, nos dîners.

 

5822612090fdb13193180f46d3bd303d.jpg

 

 

 

Femmes-2014-0821.JPG

 

Ah oui, je l'ai aimé cet homme, j'ai aimé ces compliments, dans mon travail puis dans un cadre amical. Mais malgré nos situations réciproques, en couple, nous avons dépassé les bonnes phrases, le copinage, le simple sentiment pour donner une définition commune à nos émotions. "Amour" et ruptures avec nos ex vite oubliés, nouvelle vie, folles envolées avec nos sorties pour le shopping, je m'habillais, il me conseillais, je m'affirmais, je m'assumais, il suggérait encore, et nous étions un duo mode. Souvenir de cette jupe blanche, de ce bouquet de roses rouges en sortant de la boutique, je l'aime encore et encore.

 

 

9680324809_5609c41654_b.jpg

 

Aujourd'hui, notre fille a grandi, notre vie est différente, je suis toujours féminine, mais je passe plus de temps à acheter des belles tenues pour elle. On s'aime, que la vie est belle.

 

Et c'est avec elle que je vais transmettre cette féminité, une priorité pour le goût des chaussures, des sacs, des jupes, des dessous, des tops, des chemisiers et des robes. Ce tout que ma mère m'avait donné, souvenir ému, aujourd'hui avec sa main sur mon épaule.

 

 

       

 

Nylonement

 

 

 

 

Octobre rose 2014

www.cancerdusein.org

AFFICHE_LAUDER_CANCERDUSEIN_2014.jpg

 

 

Publié dans : Femmes & Mode - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 2 commentaires
Lundi 20 octobre 2014 1 20 /10 /Oct /2014 07:27

Là, maintenant, je vais me mettre nue, face à lui, avec lui, dans ce lit. Et si je ne pouvais pas. Ce n'est pourtant pas la première fois, vraiment pas. Mais c'est différent, mes émotions s'entrechoquent, je suis dans la salle de bain à moitié nue, à moitié habillée. 

 

Pas un blocage, juste une rupture, dure, cruelle et apparemment sans issue, une blessure si forte qu'elle m'a fait rejeter tous les hommes, même ce super copain, même des amis ou des collègues. Je n'avais plus confiance. Il a fallu que le temps laisse des longueurs réelles entre lui et moi, des mois, deux années, presque trois, pour que tout cela devienne souvenirs, difficiles mémoires. Tout cela aurait été si beau, avait été si destructeur ensuite.

 

Alors quand je l'ai rencontré, derrière le bar, dans un café branché, où l'on discutat entre copines, je n'y ai pas cru. Je l'ai pas vu, lui et surtout mes amies beaucoup plus. Son regard en posant ce jus frais de pamplemousse, de grenadine et de schweppes, et des crackers japonais au wasabi. C'était brûlant dès le premier regard sur lui.


800x1013xkelsey-van-mook2.jpg.pagespeed.ic.FT4th4Z-s1.jpg

 

J'avais soudainement chaud sous mon pull fin, dans ce tailleur plutôt classique. Un peu décalé pour un moment de happy hours, mais plaire n'était plus mon souci, je m'habillais pour moi, pour le boulot et le reste du temps, je jouais le casual chez moi, seule. Ma féminité, ma séduction, je les avais rangé dans un tiroir, bien au fond de mon coin dressing, loin de mes pensées. Loin de moi.

 

Son regard, il faisait son service et pourtant, de table en table, dès que je relevais la tête, il me souriait. Force était de le voir, de le suivre, et de découvrir un type au physique sympa, un beau gosse, mais pas aussi dragueur que d'autres serveurs. Discret, rapide, nous avons bu, grignoté ce soir-là, lui assurait le ravitaillement de nos tables  avec efficacité. Rien de spécial finalement, deux personnes, au milieu d'autres gens, de verres, d'alcools, de petits plats et de musique, deux émotions. Mais en fin de soirée, j'ai osé le truc impossible, enfin j'ai pas osé. Alice, ma copine, lui a laissé mon numéro, car jamais je n'aurai vraiment osé. Blocage peut-être, comme là maintenant.

 

Car depuis, nous nous somems revus, nous avons dîné, nous avons discuté, découvrant un type simple, réellement sincère et qui a ttendu deux rendez-vous avant de m'embrasser. Des mots, des sentiments, des balades de jour, de nuit après son service. Et ce soir, je l'ai ramené chez moi. Sans savoir, sans calculer, juste prise par le jeu de mes palpitations, de cette envie de l'embrasser devant tout le monde, d'être un peu en manque de lui en l'attendant. Oui je crois l'aimer, je suis sur le chemin malgré ce refus ancré en moi. 

 

 

800x1127xadriana-lima-robbie-fimmano5.jpg.pagespeed.ic.jrD3.jpg

 

 

 

 

 

33f6c73ace57a93e3ad3a6a523139cda.jpg

 

 

Il m' a toujours vu soit en tenue de travail, tailleur gris strict, ou en pull et jean. Et pourtant je peux, je suis plus féminine. Victime de ce repli, de ce conflit en moi, je refuse de plaire, d'être l'élégante que je fus.

 

Pire encore, je vais me mettre nue, face à lui. Je sais qu'il ne m'a rien demandé, rien exigé, rien suggeré, mais j'ai envie de lui. Laisser mon corps, ma peau afec à lui, oser ce passage à l'acte, briser cette frontière. Vais-je oser ? Pas de copine, beaucoup d'envie, et tant de doutes. Je laisse ma jupe à terre, je tire sur le pull. Une sobre culotte en coton, rien d'aguicheur, et puis mes dessous sont dans la chambre. Que faire ?

 

Juste respirer, pousser la porte, se blottir tout contre lui. Juste comme je suis !
Amoureuse de lui ! 

 

5c80ea49a7fab1311dcae05ba807c11a.jpg

 

       

 

Nylonement

 

 

 

 

Octobre rose 2014

www.cancerdusein.org

AFFICHE_LAUDER_CANCERDUSEIN_2014.jpg

 

 

 

Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 3 commentaires
Dimanche 19 octobre 2014 7 19 /10 /Oct /2014 10:00

Durant votre prochain repas entre amis ou entre copines, prononcez les mots "bas nylon" ou "porte-jarretelles". Non, pas au milieu d'une recette de cuisine, ou d'un persiflage sur une autre collègue, mais au gré d'une discussion sur la mode ou sur vos petits bonheurs au quotidien par exemple. Vous imaginez déjà le résultat, la montagne de préjugés, de fausses idées et d'associations plus ou moins justifiées qui vont en découler.

 

 

12c818eba2983aa4541530711d2e0a1c.jpg


 

Pour ce blog, en particulier pour le "sulfureux" article du dimanche, au milieu d'une humble tentative de jouer avec les reflets des nombreuses facettes de vos féminités durant la semaine, depuis plus de 4 ans, il est en de même.

 

Quand je dois décrire mon bonheur de blog auprès des fb friends, l'aspect blog sur la féminité attire, mais la phrase suivante, honnête et transparente (car il n y a rian à cacher ici), sur les "bas nylon", provoque souvent un certain recul.

 

Automatiquement, l'ombre du porno s'abat sur les mots, les pages et les portraits, même sur les articles féministes. Une certaine pesanteur toujours constituée d'idées pré-conçues et de clichés formatés dans leur imagination, là où aussitôt ils voient, plus qu'ils n'aperçoivent, des fesses et des sexes en totale liberté, parfois même des seins (cherchez pour moi la relation avec les jambes en bas nylon, je n'ai pas encore trouvé ?).

 

 

1536462_511297485656453_1488545378_n.jpg


 

Oui car aux mots "bas nylon" semblent s'associer immédiatement la fête à l'érotisme et plus ecnore à la nudité. Juste des talons hauts, juste des bas et des jarretelles, rien d'autre.

 

Et pourtant, voici des semaines, des mois et des années, avec des centaines d'articles pour défendre le bas nylon, pour promouvoir le port du porte-jarretelles avec élégance et féminité. Des mots certes, des idées, mes idées (oui j'assume !), des arguments pour croire en une femme glamour contemporaine, en une mode qui laisse la liberté à celle qui les porte, de choisir ses bas, de les cacher sous sa robe et de se sentir femme, souvent plus féminine ainsi. Des mots pour expliquer, des mots pour défendre, des mots pour aider pour la première fois avec des jarretelles, des mots pour choisir les bas actuels ou vintage.

 

En complément des images, des clichés d'amis photographes, de modèles et d'amies, ainsi que de nombreux clichés du net. Aucune avec des fesses à l'air, ni le verso, ni le recto. car ce n'est pas le sujet de mes articles sur la féminité, ni de ceux du dimanche. La beauté de certaines photos englobe la sensualité, la volupté et votre imaginaire croisera l'érotisme d'une femme simplement habillée. Il reste libre de croire en vos pulsions intérieures, mais là encore ce n'est pas le sujet.

 

10253949_804658896229275_3152995700593431709_n--1-.jpg

 

 

 

 

10462616_561347587308983_5927452568093210811_n.jpg

 

 

 

10489658_1487833114790108_859919593876875550_n.jpg

 

 

 

10583957_1469334686654316_5311866051897171600_n.jpg

 

C'est un choix, c'est mon choix de n'exprimer que la fragile liberté de porter ou non des bas nylon. D'ailleurs c'est un acte caché, parfois partagé dans un acte de séduction, dans une sphère privée, où je ne suis pas, vous non plus, juste les deux personnes concernées et amoureuses. 

 

Le bas nylon doit continuer à nous faire rêver, à vous habiller de son enveloppe d'une infinie finesse.

Le bas nylon doit rester un privilège, presque un luxe avec ses coutures qui subliment vos courbes, votre élégance quand vous le souhaitez.

Le bas nylon est plus qu'un simple accessoire de mode, il est une signature cachée d'un mystère voilé, qui suit votre allure.

 

 

10625053_1502637953309624_6984506097811553043_n-copie-1.jpg

 

 

Nylonement

 


Publié dans : Ordre de la JARRETELLE - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 5 commentaires
Dimanche 19 octobre 2014 7 19 /10 /Oct /2014 07:00

Ce matin, le soleil embrasse vos volets, votre terrasse est encore pleine de fleurs, le café et les croissants sont là, peut-être un thé, un jus d'orange frais. Je vous laisse choisir mais je vous propose une pépite musicale.

 

Avec un style glamour années 50 de plus.

 

 

Une pointe de fantaisie signée

 ROBYN BENNETT

 

 

 

 

Version douceur

ROBYN BENNETT

 

 

robyn-bennett.jpg

 

Rassurez-vous, les bas nylon reviennent dans quelques heures, juste le temps de cette parenthèse souriante et pétillante.

 

Bises, bon dimanche sur le blog NYLON-VOLUPYE.com !

Bisous à ma chérie, qui porte le même rouge à lèvres !

 

Nylonement

 


Publié dans : Femmes dans l'art - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 1 commentaires
Samedi 18 octobre 2014 6 18 /10 /Oct /2014 06:35

Oui c'est samedi. Et alors.

 

Si vos déjà vieilles habitudes vous font attendre le dimanche, ou tout autre jour sacré par une religion ou par vos routines, j'ai envie de toujours plus de bas nylon.

 

Par simple fétichisme, dirons les plus réducteurs de mes lectrices ou lecteurs, ceux qui ne font que regarder les images, ou les trois premières lignes de chaque article de ce blog. Quel dommage, je vais un peu plus loin, avec quelques mots de plus, et sans attendre de commentaires (bien que cette humble piécette dans mon bol, soit une reconnaissance appréciée, un début d'échange, mais rien ne vous oblige ;-).

 

Plus de bas nylon, dans un monde où les libertés des femmes s'opposent à une violence réelle, un obscurantisme fort, des diktats religieux et leurs millions obéissants et sourds, mais pas aveugles pour regarder et juger les autres.

Plus de bas nylon pour porter un féminisme qui peut dire encore oui au féminin. Une touche glamour personnelle, car je ne cesserai de le dire, celle qui les porte, choisit, et elle seule sait ce qu'elle cache sous sa robe, sa jupe ou même son pantalon. C'est son intimité, ce qui le plus proche d'elle, de son sexe certes, de sa peau surtout, de son corps dans une vision plus réelle et globalisante.

 

Laissons cette liberté glamour se propager !

 

0a70175deef4f99c8a3eb8f28c93d9b7

Copyrights  ????


Plus de bas nylon, car si la discrétion est le premier pas, l'élégance d'un bas moulant à la perfection des jambes reste un privilège pour les esthètes, pour ceux et celles qui auront le bonheur de croiser de jolis talons, libres eux-aussi, de traverser la route, de suivre la foule sur le trottoir, de croiser des dizaines d'autres pieds durant les courses. Laissons les jambes s'exprimer en hauteur, en largeur ici sur les photos, dans toutes les teintes, pour que de plus en plus de bas nylon s'exposent au grand air.

 

Plus de bas nylon dans le vent de l'automne, avec un fin voile noir, ou un voile transparent teinté de  marron clair, des voiles si proches de la carnation naturelle de toutes les femmes. Quelques coutures, perdues dans le mouvement de vos jambes, dans les départs et les arrivées des gares, dans les aventures quotidiennes de la vie au féminin.

 

04bfd984a2896f00d9eb64ff57249491.jpg

Copyrights MisterAtomic

 

Plus de bas nylon, juste là, en quelques secondes aperçus, aussitôt disparus sous la jupe, sous le manteau, sous le trench, sans aucune trace sauf d'une bouffée de son parfum, de votre imaginaire savourant cette image fugace.

 

Plus de bas nylon, car samedi et dimanche, cela fera deux jours pour en défendre le port, pour en promouvoir l'excellence avec le porte-jarretelles. Deux jours ne seront jamais assez pour donner une vison réelle et respectueuse, voire panoramique de la beauté avec cet accessoire discret et indispensable à votre bonheur de douceur enveloppante, à notre bonheur de caresses impossibles. Simple élément de mode, il est le premier pas sur le chemin de la séduction diront certains, il est une enveloppe visible dans une transparence complice sur votre allure, pour contenir toute votre féminité.

 


1919645_1479047315671316_4238260782687967326_n.jpg

Copyrights JFH Photos

 

Toujours plus de bas nylon, car je rêve d'un monde plus délicat et soyeux, Je rêve seulement ?

 

 

 

Nylonement

 


Publié dans : Nylon 2000... - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 3 commentaires
Vendredi 17 octobre 2014 5 17 /10 /Oct /2014 06:03

Vivre autrement, revivre après avoir été dans la phase survivre. Hier, le jour où l'on m'a déclaré que mon corps recelait ce mauvais trésor, ce jour-là a effacé un temps le avant-hier. J'avais été une jeune femme, étudiante brillante, juriste chevronnée dans le droit international, une manager convoitée par les concurrents du secteur, une femme respectée professionnellement, une triple maman heureuse, une épouse comblée par un mari dévoué pour me soutenir dans notre duo de parents occupés. 

 

3c1135687a8f364f5155360c4ee1d6e1.jpg

 

 

Dorénavant, je n'étais qu'une malade, et surtout quand la maladie, les douleurs, le traitement ont donné raison à la fatigue, tuant en moi, la moindre envie de remonter du fond de la piscine. Un coup physique mais plus encore moral, et puis cette double sanction, cette masectomie violente même si irrémédiable, même si accompagnée par l'amour de mon homme, j'ai pleuré, craqué, explosé face à cette charge trop forte. J'ai perdu ce jour-là plus que mon sein, surtout une assurance, une fierté et une moitié de ce qui était ma féminité, son plus fort symbole. Pourtant j'avais consulté, j'avais anticipé et même déjà soutenu une amie dans une situation similaire, mais ce fût immensément dure et frustrant, face aux questions sans réponses, face à moi-même dans le miroir. Et là encore pas uniquement face au miroir, pour cette plaie, que j'avais intégré en moi, que j'envisageais autrement, avec une reconstruction, un tatouage mammaire d'un faux téton, mais dans mon esprit, j'étais en déséquilibre.

 

417c15dfaedbe5637b6fc5d6878acfa9.jpg

 

 

800x530xhelena-christensen-vs-shoot4.jpg.pagespeed.ic.Y-RLb.jpg

 

 

7014_546358245391726_1310825550_n.jpg

 

Et c'est ma kiné, elle femme du même âge que moi, qui me relaxait de mes douleurs, de mon stress, c'est elle qui m'a donné une part de mon retour vers le présent, vers demain. Quand je refusais tous contacts avec cette partie de moi, du moins tactilement, que je souffrais du syndrôme de l'épaule ankilosée, elle m'a palpé doucement, le plus délicatement du monde la cicatrice pour la décontracter, l'adoucir, lui rendre sa souplesse. Des séances qui sont devenues si bénéfiques que j'y prenais plaisir. Un jour elle m'a dit de passer la main, de le faire moi-même, en attendant la reconstruction possible, et même en demandant à mon mari de la faire. Oui une complicité thérapeutique, surtout au début, puis charnelle, voire érotique.

 

Aujourd'hui, je suis redevenue moi, avec mes souvenirs et cette étape impossible, mais il y ade nouveau, avant, pendant et surtout après le cancer. J'ai vaincu la maladie, mon everest personnel, mais avec ma petite équipe, médecin, infirmière, kiné, et mes proches, enfants et mari, quelques amies aussi. Je suis là, heureuse , de nouveau derrière mes dossiers, revenue dans mon poste, dans ma propre vie, avec ma nouvelle définition de féminité. 

 

 

5d53bca807d82fabd51a7445dfede4b3.jpg

 

 

Nylonement

 

 

 

 

Octobre rose 2014

www.cancerdusein.org

AFFICHE_LAUDER_CANCERDUSEIN_2014.jpg

 

 

 

Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 0 commentaires
Jeudi 16 octobre 2014 4 16 /10 /Oct /2014 06:39

J'ai toujours cru en cette lumière, cette énergie forte qui me chauffait les épaules lorsque j'étais plus jeune dans mon sud natal. Une intense rimbabelle de baisers chauds, parfois trop, quand il mordait ma peau devenue rouge, les premiers jours du printemps. J'aimais me donner à lui, intégralement plus tard. 

 

Aujourd'hui le vent souffle les feuilles jaunes et rousses sur ma terrasse, je ne prends que la lumière plus rare depuis mon appartement. Je savoure mes souvenirs, et toujours les bises plus légères, ponctuées par les nuages qui passent devant lui. Mon livre attend sur la table, mon ordinateur et mes copines virtuelles aussi. Je suis en manque, car cet été, je n'ai pu partir en vacances, j'ai refusé de venir m'incruster avec mes enfants et mes petits-enfants, ce sont leurs moments à eux. Je me sens vieillir avec cette lassitude qui rend mes gestes mous, avec ce corps qui se cristallise de petites douleurs. Et pourtant je bouge, je continue mes balades avec des amies de tous âges, des voisines, des anciennes élèves de mes cours, des mamans maintenant, certaines bientôt grands-mères.

 

_MG_9379.JPG

 

 

_MG_9432-001.JPG

 

De ma fenêtre, je vois le cours de cette vie qui coule avec la pluie, quelques gouttes ce matin, une fraîcheur qui m'ennuie plus qu'elle ne me glace. J'en profite pour ressortir mes intemporels tartans, mes jupes, mon manteau ou mes chapeaux, je suis bien ainsi, mais je me sens trop seule. Sans lui.

 

Il n'est pas parti pour quelques heures, il est juste parti pour ne jamais revenir. Près de lui j'ai été, lors de ses séances, de ses traitements, lors de ses sommeils médicamenteux. Et toujours il me souriait entre deux douleurs. Lui aussi était un soleil, son amour indéfectible depuis des décennies, de lui à moi, mais aussi de moi à lui. Nous nous aimions, fort, très fort. Souvenir d'un dernier voyage à la mer, de quelques pas, de sourires et de cette lumière ensemble.

 

Bas-Nylon3-8973.jpg

 

 

Bas-Nylon3-9275.JPG

 

 

Bas-Nylon3-9148.jpg

 

 

Je sors finalement, le parapluie pas trop loin, je vais marcher, le retrouver derrière ce coin fleuri du parc. Nous y allions sans jamais nous lasser de ce paysage, de ces arbres, des saisons qui amplifiaient la magie des lieux. Nous étions libres, heureux et amoureux. 

 

Nous parlions de féminité, de douceur, de jeunesse, de mode en regardant les autres, les jeunes filles, les jeunes femmes, les femmes, les modèles d'un jour, celles de nos souvenirs. Nos vacances ensemble, nos amours, notre amour, nos origines, et cette lumière toujours pour nous relier dans nos discussions sans fin. Je marche, je guette des signes, le soleil ou lui.

 

 

 

Nylonement

 

 

 

 

 

Octobre rose 2014

www.cancerdusein.org

AFFICHE_LAUDER_CANCERDUSEIN_2014.jpg

 

 

Publié dans : Femmes, vous ? - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 1 commentaires

Votre Nylon-Volupté.com

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !


 

 ruban_satin_rose-nylon-volupte.png

 Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances rétro et du glamour toujours, je partage avec vous,  ce chic et cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

 

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

GENTLEMAN W 

Qui est Gentleman W ? ou Qui êtes vous ?

 

gentlemen-w-xs.jpg

 


Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

copyrights-virtual.jpgLes photos sont ici uniquement à titre non marchand comme ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email : gentleman.nylon@gmail.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.


Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog.

 

 

       


 

Logo Menu NylonMode.com V3.2 xs

 www.Nylon-Mode.com

Suivez l'actualité Lingerie

et les collections Bas & Collants

 

 

 

 

SATINBOX

Découvrez www.SATINBOX.net

 

Satinbox-Passion-Rose---transp-copie-1.png

SATINBOX   Passion

 

Satinbox-Volupte-Ivoire---transp.png

SATINBOX   Volupté

 

Satinbox-Glamour-xs-transp.png

SATINBOX   Glamour

 

 

Un nouveau concept de boîtes de rangement

avec l'intérieur satiné, pour votre Lingerie,

vos + beaux dessous, vos bas & Collants.

 

satincube-xs-trans.png

 

Une création & une exclusivité Nylon-Mode.com

Offrez-vous le luxe d'un rangement soyeux

pour un plaisir pratique au quotidien

 

Découvrez www.SATINBOX.net

 


Recherche ???

Articles Féminité & Féminisme

Articles Portraits de Femmes

Ordre de la Jarretelle

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, nous avons lancé l'initiative d'une confrérie nommée "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Nos statuts sont en cours de rédaction.

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4


Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

 

Blogs & Coups de coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 

 
femmemajuscule.jpg
causette-34.jpg

rose-magazine-3-copie-1.jpg



Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques.

Inspiration, parfois même coup de foudre, souvent une amitié qui commence avec des mots, une ambiance.

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

enfinmoibordeaux-relooking.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

lesfillespensentque une belle plume

mindalicious.fr géniale modeuse

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

leblogdelalilloise une belle dynamique

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

misspandora.fr fée de mode

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

citizencouture.com la mode online

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !

 

NYLON MODE Team travaille sur un livre des bloggeuses mode (2013)

en langue française, voir NYLON-MODE.com

 


Articles Bas Nylon

Bas Nylon & Collants

Accessoires MODE pour vos Jambes

Un monde des marques actuelles, françaises et internationales, mais aussi des références vintage (articles du dimanche) pour explorer ce monde indispensable à l'élégance de vos tenues Mode.

CERVIN YVES ST LAURENT

NYLON D'OLIV   PHILIPPE MATIGNON

CHANTAL THOMASS  GIO ARISTOC

WOLFORD  LE BOURGET

DIOR  CETTE  CLIO

JONATHAN ASTON  MARIEANTOILETTE

FALKE KUNERT AMORALLE

LES QUEUES DE LA SARDINE  FARELL

SECRETS IN LACE GERBE

ELEGANTI  DIM  PRETTY POLLY

TRASPARENZE CAROLINE B

LA PERLA  PIERRE MANTOUX

VENEZIANA FOGAL

CHARNOS  PAMELA MANN

LEG AVENUE LEVANTE

EMILIO CAVALLINI WELL

GOLDEN LADY   CHESTERFIELD

LOVE ME  OROBLU  LEVEE

LUISA MARIA LUGLI   MURA 

SILKY  GATTA  FIORE  ERGEE

ZOHARA DD  BERTHE AUX GRANDS PIEDS

CALZEDONIA   BONNIE DOON

 

Plus d'infos sur NYLON-MODE.com

Féminités & Mode

  • : Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • : Univers évanescent sur vos Féminités, votre mode, votre interprétation quotidienne, avec des voiles légers sur vos jambes. Labyrinthe capitonné de glamour, de Sensualité, marquées par vos coutures sur vos bas Nylon. Ambiance parfumée d'élégance et de volupté, pour rendre hommage aux Femmes, chaque jour, avec des billets d'humeur chic, des portraits de Femmes, des instants de vie et des regards. Glamour toujours.
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Aimez-vous, Aidez les !

 

Cancer, trop proche de nous .

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

 

Aimez vous les uns et les autres

 

 

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous !

Protégez-vous !

ruban-rouge-sida.jpg

Vivez !

RSS for you

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés