Mercredi 1 octobre 2014 3 01 /10 /Oct /2014 05:59

Léger vent d'automne, ce parc avec les arbres qui lâchent quelques feuilles rousses, je suis assise près de ce manège ancien aux chevaux de bois colorés. Mes petits-enfants tournent et essayent d'attraper les anneaux, tels des vaillants chevaliers lors des tournois ancestraux. Un oeil sur leurs joies, sur ce tourbillon de bonne humeur et de rires, témoin de la nostalgie entre les générations, ceux qui venaient ici enfants, devenus parents ou grands-parents, un autre oeil sur la mode qui défile ici, simples passantes. J'aime ce lieu authentique.

 

Elle se faufile entre deux groupes de touristes, avec son téléphone, apparemment en grande discussion avec une amie, en pleine refonte du monde, celui de la mode, celui de ses amies, celui de ses prochaines sorties. Elle parle, s'arrête, tourne sur elle-même pour trouver les derniers rayons de soleil, se plante enfin, là dans ce carré sans nuages. Belle capeline, longs cheveux, elle rayonne malgré sa tenue noire, ce tee-shirt court, "un crop-top, mamy" m'a dit l'aînée de mes petites filles, branchée sur la fréquence mode. J'aperçois le nombril, signature de cette génération, enfin pas tout à fait.

 

7-680x453.jpg

 

 

 

10jpg-copy-680x1020.jpg

 

Certes j'aurai mis des sandales plates comme des tropéziennes, ou alors des bottes hautes avec cet automne tout proche, à mon époque. J'aurai eu des cheveux aussi longs, des tresses avec des foulards à fleurs aussi, le vent dedans pour montrer ma liberté de jeune femme des seventies. J'aurai pris une large besace pour mettre l'eau fraîche, l'amour étant dehors, là avec moi, des amies, des copains, des soirées.

J'aime sa jupe longue et fluide, qui marque ses hanches, sa démarche hésitante, comme en attente d'une rendez-vous. Amoureuse, libre, jeune femme libre, bien dans son époque, elle avance vers le banc, regarde, s'asseoit, prend un livre sans lâcher son mobile.

 

Je n'avais pas cette chaîne de communication avec moi,, mais ce pouvoir fou de faire des études, de quitter les cours, de parcourir la France et de dormir à la belle étoile. Rien ne pouvait m'arrêter, ni mon père parti, ni ma mère amoureuse d'un autre. La vie était une découverte permanente, une liberté de communauté en communauté, dans chaque région, un rêve éveillé. Mais j'ai aimé un homme, étrange circonstance, paradoxe de cette décennie, un militaire croisé dans une fête du 14 juillet, je suis rentrée chez moi, puis chez nous, pour avoir des enfants, pour devenir ce que l'on appelera plus tard une bourgeoise mariée à un officier. Libre certes, aimée, amoureuse, je fus une femme en construction et le meilleur, je l'ai donné à mes propres filles, mes belle-filles, mes petites filles. 

 

Le temps passe, le manège tourne, les éclats de rires résonnent entre les bruits des feuilles, le chant des oiseaux. Elle n'entend rien, la musique dans les oreilles, elle pose avec la beauté de sa féminité, belle de élégante des temps modernes. Je vous espère aussi libre que moi.

Et si j'étais vous ?

 

 

5-copy-680x453.jpg

 

 

81-680x453.jpg

copyrights  le bel univers magique de mode du blog www.befrassy.net

 

 

Nylonement

 

 

 

 

Octobre rose 2014

www.cancerdusein.org

AFFICHE_LAUDER_CANCERDUSEIN_2014.jpg

 

 


 

Publié dans : Féminité & Féminisme - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 1 commentaires
Mardi 30 septembre 2014 2 30 /09 /Sep /2014 05:50

Derrière, oui cette partie arrondie, que nos yeux ne sauraient voir, mais qui attire parfois nos regards. Le mien, mon regard en particulier sur lui, sur ses fesses, sur ce jeune homme, je l'ai croisé pour ma rentrée dans cet université, au milieu de centaines d'autres, mon humeur automnale, ma pré-occupation d'étudiante, mais j'ai eu un coup de foudre pour son derrière.

 

Bel arrondi sculpté comme une statue grec, avec cette force de la chair qui marque le tissu d'un jean, montre l'envergure hypnotisante des courbes en trois dimensions. Parfaite représentation de ce que j'aime chez eux, les hommes, ces deux ensembles de muscles, fiers et audacieux, comme on apprécierait chez moi mes gambettes, longues et fines. 

 

Alors la rentrée a suivi son cours, les études avec les T.P. et les cours magistraux, les heures à noter des longs discours plus ou moins éloquents de professeurs plus ou moins inspirés. Mais j'aime mes études, je suis assidûment le contenu malgré des amphis trop grands pour s'exprimer, et du bruit permanent avec trop de monde. Puis au hasard des options du premier trimestre, je me suis retrouvé nez à nez, enfin juste derrière lui, nez à fesses, dans l'allée centrale. Il me tournait le dos, je ne pouvais faire autrement, je ne pouvais me décoller de lui. J'avais envie de lui, oui une envie quasi surhumaine, inconnue en moi, avec mon coeur sec suite à une rupture trop dure, j'avais envie de toucher cet homme, de lui parler, mais plus encore, j'avais envie de tripoter son derrière. Une fulgurante attirance physique, avant même de le connaître.

 

Les hormones peut-être ? je ne savais pas mais j'avoue que partager ce sujet avec mes nouvelles copines, que je connaissais depuis une peu plus de trois semaines, m'aurait vite catalogué dans la case "obsédée du cul". Mais quel bonheur, chaque mardi matin de retrouver ce cours, cet amphi, ce petit groupe, cet inconnu que j'aime tant de dos. Une attirance arrière !

 

 

2--7-.jpg

 

 

2--3-.jpg

 

 

2--6-.jpg

 

 

2--9-.jpg

 

Chaque fois, je me suis approché un peu plus. Je l'ai vu de face, enfin,  à peine reconnu, mais il était tant de voir qui il était, de savoir qu'une tête complétait cette fascinante face opposée. Nous avons travaillé ensemble en T.P. , organisant notre document commun, nos idées et leurs approches critiques, retournant le sujet pour mieux l'analyser. Lui posait parfois son derrière sur le coin de table et moi, je tapotais sur mon clavier, troublée par cette proximité. 

 

Oui car debout ou un peu écrasé, les volumes restaient. A la pause, il m'a confié faire du sport, de la course à pied et parfois du squash, avant de partir voir plus loin des copains pour discuter. Je l'ai vu s'éloigner, toujours de dos, finalement il ne me voyait pas. Alors j'ai usé, abusé de mes longueurs, de mes talons, de mes collants, de mes jupes et de mes shorts courts avec de l'opaque car la fraîcheur d'automne faisait souffler le vent. Je me suis montrée un peu plus, séductrice déjà séduite, mais le plus souvent, il me tournait le dos, je me contenais seul du spectacle charnel. Jamais un jean ne m'avait autant parlé, autant exprimé de beauté.

 

Et puis aujourd'hui, un coin de soleil, mon portable sur les genoux, sur mes jambes gainées d'un opaque rouge, un dossier en préparation pour défendre le contenu d'une prochaine soutenance, pour réviser dès maintenant les futurs partiels, je l'ai vu passé, main dans la main. D'abord de face, puis de côté, puis de dos, il l'a embrassé. Il m'a tourné le dos, pour me laisser dans mes pensées, le regard sur deux paires de fesses. La sienne bien ronde, fidèle à ce charme du premier jour, un cul bien rond, fascinant encore, puis l'autre aussi dans un jean, plate, sans volume, sans charisme sauf celui du fade qui n'attire pas les mains. Deux hommes qui s'embrassaient. Moi qui me contentait de son derrière sous le soleil d'automne.

 

 

Nylonement

 


Publié dans : Femmes & Portraits - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 3 commentaires
Lundi 29 septembre 2014 1 29 /09 /Sep /2014 06:07

Prendre le temps de savourer les jours gorgés de soleil de septembre, un été indien bienvenu avec un été chagrin, et puis sourire en regardant derrière la vitre de ce café, les femmes, la mode. 

 

Certes ce matin, elles ont hésité entre le simple trench et le manteau court car les degrés derrière les volets étaient un peu perdus, en équilibre entre froid et frais. Rien de spécial, pas de pluie, un faux nuage, pas de brouillard, mais un seul chiffre pour la température.

 

 

burlesque-0010.jpg

 

Mais heureusement leurs applications météo, la journal à la radio, et surtout leurs éternel optimisme, ont fait que les belles ont opté pour les robes sous ce manteau. Pour les matinales, le vent était là aussi, les feuilles mortes entraînées dans ce courant, mais maintenant, là vers dix heures du matin, le soleil donne de sa vigueur, et les jambes se montrent.

 

Encore une hésitation entre collants ou non, les jambes nues deviennent plus rares, même si le bronzage se prolonge avec les week-ends délicieux sur la terrasse ou dans la maison de campagne, ou simplement dans le parc. Sereinement et aussi pour sortir les pièces de mode oubliées cet été, elles paradent en robe, légères ou plus mi-saison, toutes les variantes.

 

Je regarde, je souris devant ce ballet d'élégance et de diversité. Toutes les couleurs, toutes les coupes, toutes les longueurs, toutes les matières, les robes habillent toutes les silhouettes. 

 

 

F-2.jpg

 

 

 

burlesque-0118.jpg

 

 

10530680_10152229543861545_8381936628705870915_n.jpg

 

Et la féminité s'en trouve magnifier. Que la vie est belle !

 


 

Nylonement

 

Publié dans : Femmes, vous ? - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 4 commentaires
Vendredi 26 septembre 2014 5 26 /09 /Sep /2014 06:36

Automne doucement ensoleillé, les feuilles jaunes et rousses au sol, elle avait traversé la rue, avec son sac et son manteau léger, sa main serrant fortement celle de son coeur. Deux femmes, un seul bonheur, elle revenait ici pour la première fois, libre peut-être de certaines pensées, éloignée de certains préjugés. 

 

0479e8560f0944ae99f6302ec2ff2dc3.jpg


 

Etudiante, elle habitait ce quartier, celui de ses journées à l'université, puis dans cette école spécialisée, les sorties, mais aussi les petits boulots, serveuse ici dans ce café où elles entraient. Plus de trente ans déjà, une vie, plus d'une génération, elle avait nettoyé, frotté ce zinc, servi des centaines de cafés, de lait chaud, de thé earl grey. L'ambiance était plus simple que maintenant, devenu un bar lounge, des banquettes basses, des tables en terrasse, un coin plus bobo maintenant. Elle sourit, serrant toujours sa belle, réajustant les chaises pour être tout contre elle. Amoureuse depuis de nombreuses années, officieusement, officiellement, elle avait lutté pour pouvoir vivre sans le jugement des autres car ce n'était que le jeu de son coeur, rien d'autre. Pourquoi aurait-elle eu à justifier son amour, sa compagne car si la définition associée parlait de sexualité, elle n'y voyait que des sentiments envers une personne, rien de plus. 

 

Alors aujourd'hui, depuis quelques jours, elle revenait dans un coin de passé, celui des premiers doutes justement sur ses émotions, les années de vie étudiante, de soirées festives, de rires et de sourires. Elle voulait partager les bonnes adresses du coin, lui montrer là où elle était devenu cette artiste, graphiste et plus tard directrice artistique. Une tranche de vie, ressortie du passé comme un parfum de madeleine, un doudou nostalgique.

 

 

philips-lumea_depilare-definitiva_fabulous-muses_best-blog_.jpg

 

 

8612215663_543ddb346a_b.jpg

 

 

fabulous-muses_diana-enciu_alina-tanasa_pink-dress_ballerin.JPG


 

Toutes les deux, elles resplendissaient, elles étaient heureuses, et avant de venir remplir leurs tasses de thé vert, elles avaient passé leur temps dans les boutiques pour dénicher de belles robes. Blanches ou pas, elles hésitaient encore, alimentant de détails, de notes et de photos sur leur tablette, leurs choix possibles. Deux robes pour un mariage, pour une union de bonheur et d'amour. Vintage avec des retouches actuelles ? Sobre avec des embellissements de couleur, comme ce petit corset underbust aperçu plus haut dans cette minuscule boutique ? Robes longues de style bôhème ou  graphique ? Jupons froufroutant ? Elles papotaient, avec de gros pincements au coeur, leurs mains ne se lâchaient plus.

 

Elle regardait la rue, différemment depuis cette table, cette nouvelle organisation de salle, apercevant son plateau, les verres, la monnaie, le bar. Souvenirs et puis cette réalité, ce bonheur nouveau, du moins avec cette décision, avec cet espace où elles étaient sereines, assumant leurs sentiments l'une envers l'autre. Il faisait beau, des rayons de soelil d'automne, chaud, vibrant des couleurs des feuilles à l'extérieur, un peu de vent, une certaine quiétude.

 

Tout proche, dans cette grande salle, un vieil homme seul, apparemment perdu dans ses pensées vidait sa tasse, plus loin un quinqua avec une jeune femme qui parlait sans s'arrêter, en pleine déclaration peut-être, une autre table, une robe longue pour une ravissante blonde, juste de dos, elle semblait consulter l'heure sur son portable, elle attendait probablement quelqu'un. Un homme ? Une femme ?

 

La tasse de thé, les lèvres chaudes, toutes les deux, face à cette salle vivante, s'embrassèrent simplement, amoureusement.

 

 

 

 

Nylonement

 

Publié dans : Féminité & Féminisme - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 1 commentaires
Jeudi 25 septembre 2014 4 25 /09 /Sep /2014 06:03

L'automne est arrivé, il pleut, les baies ouvertes d'habitude sont restées closes ce matin. Chemin faisant pour garder la santé, j'ai pris les petites ruelles, pavées encore pour certaines, afinde flâner dans l'attente d'un coin de ciel bleu et j'ai fini dans ce café, derrière la vitre. Noyée de gouttes, mon regard est troublé pour voir exactement la rue.

 

 

beautiful_senior_woman-copie-1.jpg

 

Des mamans qui rentrent de l'école après avoir déposés leurs enfants, des livreurs qui bloquent la rue, hurlent leur bonne foi en déchargeant des cartons devant une boutiquede mode, des étudiantes serrées sous un parapluie, des seniors qui marchent avec leur baguette dans un sac, retournant vers un appartement vide, je suis chacun de leur parcours. Et cet endroit à un autre sens, celui du manque, car c'est ici que nous venions nous serré, pour boire des chocolats viennois, pour étaler nos découvertes durant des après-midi à chiner dans le quartier. Des livres le plus souvent, des fripes parfois pour elle, pour moi, pour nos petites filles qui nous accompagnaient à leur adolescence pour trouver la pièce unique qui les ferai briller aux yeux des autres. Des boîtes vintage, de toutes les tailles, des livres encore, nous déposions nos trésors sur la table, et nous parlions de nos trouvailles. Parfois nous sillonnions ensemble les boutiques, parfois tel des corsaires, nous partions chacun de notre côté pour ne pas dévoiler nos sources, pourtrouver la merveille avant l'autre, pour découvrir d'autres contrées de chine dans ces rues restées intactes, sans la modernité néfaste des chaînes de boutiques normalisées. 

 

Que de bonheur, de bazar, de choses trouvées pour rien, de choses revendus à la brocante suivante, mais nous aimions ces instants-là, ce café, en toutes saisons. Elle me manque, une larme sort de moi, mon mouchoir blanc de coton l'attrape, son parfum est enocre là. Chaque début de semaine, je mets un peu de son flacon sur ce carré blanc. Un signe de paix, une présence toujours avec moi, je suis éternellement amoureux d'elle, de son fantôme parfumé.

 

 

c-est-au-programme-mode.png.jpg

 

 

senior-en-forme-20.jpg

 

 

173243297.jpg

 

 

Je lis, car c'est un livre de ses piles entassées dans notre boudoir commun que je lis, pris au hasard. Polar parfois, document aussi, roman souvent, français ou étranger, je lis, comme pour lui laisser entendre en moi, les pages qu'elle n'a pas eu le temps de finir. Une complicité qui traverse le temps, les âmes. Un jus de pamplemousse frais, je regarde encore la rue, les autres femmes, jeunes ou moins jeunes, mais mes plaisirs d'esthète semblent éteints eux aussi. Mon coeur ne bat plus que pour survivre à ce manque, mais aucunement pour une jupe légère, pour des talons sautant au-dessus des flaques, pour un manteau court sur des jambes délicates. Je ne vois que d'autres personnes, mais sans cette étincelle, sans elle.

 

 

Mon verre est vide, mon regard aussi, je me lève pour traverser le coin, sans envie d'achat, sans envie de fouiner, car un nouveau trésor sans elle serait vide de sens. Je souris en passant devant cette devanture, des macarons, notre pêché mignon.

 

 

 

 

Nylonement

 


Publié dans : Femmes, vous ? - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 3 commentaires
Mercredi 24 septembre 2014 3 24 /09 /Sep /2014 06:28

Jamais je n'aurai cru en moi sans cet homme, alors je l'attends avec encore plus d'impatience, ce soir dans ce bar lounge, les baies ouvertes sur la ville calme, l'air chaud de l'été indien qui vient à moi, caresse le voile de mon top noir. Il est là, il traverse la salle, ses yeux droits sur moi, ce photographe s'asseoit face à moi.

 

14_notjustalabel_926237899.jpg

 

Pas un diner en amoureux mais un rendez-vous tout en grignotant, pour voir ensemble les photos du dernier shooting commun. J'étais si tendu la première fois, pour mes premiers clichés. Une amie, jeune femme comme moi, vraie femme avec des formes, des plus et des moins, bien réelle, sans rapport avec les égéries des magazines féminins, elle m'avait montré un soir des photos d'elle. Bluffée par cette photogénie nouvelle, pour moi, pour elle, comme une porte ouverte sur une autre dimension, elle était une autre. 

Elle avait ri de se voir si belle sur sa tablette, et nous avions passé la sirée à parler de coiffure, de maquillage, du trop et du pas assez, de la lumière, du lieu, du photographe. Et surtout de cette complicité étonnante née entre deux inconnues. Elle m'avait dit ce que j'ai ressenti ensuite dès la première fois, une timidité, une fragilité, mais aussi un confort, des mots, des sourires, les premiers flashs, les premiers conseils, directifs pour avoir un portrait, une autre image.

 

Il avait joué de toutes les formes qui me gênaient, mes pieds, mes bras, ma poitrine, mes hanches pire ma tête. Et là, avec cette femme, oui moi, il avait donné une autre interprétation, une autre facette de cette personne que je découvrais sans l'avoir jamais révéler.

 

14_notjustalabel_347811463.jpg

 

Magicien, mais surtout photographe, esthète et amoureux des femmes, de toutes les femmes, il adorait trouver les clefs pour que le mystère se fige dans ses clichés. Chaque pose devenait lus facile, surtout la deuxième fois, plus aguerrie, plus complice, plus proche de moi, tout simplement, j'avais ouvert mon corps, mes yeux sur celui-ci. Certes il me falait un peu de souplesse, de rires en plus pour libérer mon visage, pour croire en ma crinière, pour voir mes yeux avec un trait d'eye-liner parfaitement tracé. J'ai changé, et je suis restée moi-même, mais j'ai donné un reflet différent, plusieurs versions de celle dont parfois je rêvais. Avec d'autres sortilèges j'ai cru apercevoir une autre femme, mais toutes ces images m'ont plu.


Une révélation, un  message fort vers mon intérieur, plus en harmonie avec les possibilités, la réalité de mon extérieur. Je dois avouer que certaines soirée, j'ai regardé ses séries, il m'a donné du bonheur, une autre dimension, et là après la commandes des plats, j'aperçois la dernière. Il rit emporté par sa timidité retrouvée. Lui aussi change, directif durant les séances, il redevient fragile ensuite, se cachant derrière un travail, toutes ses images de moi. Le partage du résultat, il aime le faire en lien réel avec la personne, sans les connexions virtuelles, pour expliquer ses choix, pour justifier ses lumières, ses rares retouches.

 

 

14_notjustalabel_716303059.jpg

 

 

14_notjustalabel_442788629.jpg

 

La chaleur enveloppe ce bar, mon verre de vin blanc se vide. Là devant moi, sur cette table, défilent de nouvelles photos, plus légères, j'ai liberé mes jambes devant lui, à ma demande, avec son approbation. Collants ou bas, j'ai vu enfin l'intégralité de mon corps, de toutes mes courbes, de toutes mes lignes. Ravi, son visage s'illumine, pour ce fauteuil, pour ce choix de coiffure, pour nos discussions ce jour-là pour scénariser la séance. Je ne suis pas modèle, juste une femme révélée mais cela me donne un autre angle de vue sur ma féminité.

 

Toujours imparfaite à mes yeux, mais plus accessible, plus lumineuse, et finalement pas si mal du tout. Il rit de mes remarques, en me confiant la clef usb, avec ce tout qui est moi, mais que je regarde maintenant avec beaucoup plus de plaisir.

 

 

 

Nylonement

 


Publié dans : Féminité & Sensualité - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 5 commentaires
Mardi 23 septembre 2014 2 23 /09 /Sep /2014 06:38

Etrange été qui débordait sur l'automne, cette fin d'après-midi ici à cette terrasse, sous un soleil d'août perdu en septembre, j'attendais. Un lieu simple, une avenue bordé de platanes, des écoles, des mamans, des enfants et des poussettes, ce rappel sur le temps qui passe, les rentrées, les cartables, les cris, les joies sur les visages des mômes.

 

WS3A7776.jpg

 

Tout cela était derrière moi, j'avais enfin un job, à plein temps, un cdi réconfortant dans le secteur qui me plaisait, mes études avaient enfin un sens. Dernièrement j'avais investi dans un charmant petit studio sous les toits, je m'y sentais si bien. Mon chez moi, mon canapé, mon portable, mon internet, et puis lui croisé par hasard sur le net. Des nuits à discuter de rien, puis de passions communes, de sport, de cuisine, cette envie de le voir enfin, cette semaine, là, maintenant dans ce café. Un chocolat viennois, bien sucré, et puis cette rue, ce bruit environnant, ces couples qui se parlent, se tiennent les mains, amants ou fidèles amoureux, ces groupes d'amis qui papotent, passent en saluant untel ou en présentant un jeune bébé, deux grands-mères en pleine rigolade en lisant à deux un magazine de mode, un petit monde heureux, plein de vrai lien social.

 

Il devait venir, oserait-il se couper des espaces virtuels, pour cette première fois. Nous n'avions échangé que des mots, des idées, des envies, des désirs aussi, des mots de plus en plus explicites sur nos attentions, l'un envers l'autre. Une rencontre, des sentiments, des heures complices, et cette journée si longue au bureau aujourd'hui, je n'attendais que cet instant. 

 

WS3A7861.jpg

 

 

WS3A7801.jpg

 

J'ai tant hésité sur le tenue pour lui plaire, pour sortir de mes portraits sur mon profil virtuel, pour lui montrer la jeune femme que je suis des pieds à la tête. Chaleur aidant, j'ai opté pour la jupe, sage et longue mais mode, un plissé noir et blanc, un top moderne, crop top noir en fin coton, qui valorise ma volupté. Un collier, un bracelet, mes bagues fétiches, rien de plus, et mes lunettes de soleil, je l'attends. Les minutes passent, je ne suis pas impatiente, juste en avance, ma tasse vide, je ne vois plus les autres tables, j'espère le voir apparaître dans ce brouhaha. 

 

Le soleil embrasse mon cou, à moins que cela ne soit lui.

 

 

WS3A7758.jpg

Copyrights la sublissime Atlantic-Pacific Blog

 

 

Nylonement

 


Publié dans : Femmes & Mode - Par Gentleman W.
Merci pour votre commentaire - Savourez les 4 commentaires

Votre Nylon-Volupté.com

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !


 

 ruban_satin_rose-nylon-volupte.png

 Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances rétro et du glamour toujours, je partage avec vous,  ce chic et cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

 

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

GENTLEMAN W 

Qui est Gentleman W ? ou Qui êtes vous ?

 

gentlemen-w-xs.jpg

 


Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

copyrights-virtual.jpgLes photos sont ici uniquement à titre non marchand comme ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite une souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email : gentleman.nylon@gmail.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.


Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog.

 

Rédacteur OrSeriE

       


 

Logo Menu NylonMode.com V3.2 xs

 www.Nylon-Mode.com

Suivez l'actualité Lingerie

et les collections Bas & Collants

 

 

 

Bas & Collants de luxe

dans la boutique CERVIN

 

reduction-cervin.jpg

 

 

SATINBOX

Découvrez www.SATINBOX.net

 

Satinbox-Passion-Rose---transp-copie-1.png

SATINBOX   Passion

 

Satinbox-Volupte-Ivoire---transp.png

SATINBOX   Volupté

 

Satinbox-Glamour-xs-transp.png

SATINBOX   Glamour

 

 

Un nouveau concept de boîtes de rangement

avec l'intérieur satiné, pour votre Lingerie,

vos + beaux dessous, vos bas & Collants.

 

satincube-xs-trans.png

 

Une création & une exclusivité Nylon-Mode.com

Offrez-vous le luxe d'un rangement soyeux

pour un plaisir pratique au quotidien

 

Découvrez www.SATINBOX.net

 


Recherche ???

Articles Féminité & Féminisme

Articles Portraits de Femmes

Ordre de la Jarretelle

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, nous avons lancé l'initiative d'une confrérie nommée "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Nos statuts sont en cours de rédaction.

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4


Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

 

Blogs & Coups de coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 

 
femmemajuscule.jpg
causette-34.jpg

rose-magazine-3-copie-1.jpg



Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques.

Inspiration, parfois même coup de foudre, souvent une amitié qui commence avec des mots, une ambiance.

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

enfinmoibordeaux-relooking.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

lesfillespensentque une belle plume

mindalicious.fr géniale modeuse

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

leblogdelalilloise une belle dynamique

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

misspandora.fr fée de mode

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

citizencouture.com la mode online

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !

 

NYLON MODE Team travaille sur un livre des bloggeuses mode (2013)

en langue française, voir NYLON-MODE.com

 


Articles Bas Nylon

Bas Nylon & Collants

Accessoires MODE pour vos Jambes

Un monde des marques actuelles, françaises et internationales, mais aussi des références vintage (articles du dimanche) pour explorer ce monde indispensable à l'élégance de vos tenues Mode.

CERVIN YVES ST LAURENT

NYLON D'OLIV   PHILIPPE MATIGNON

CHANTAL THOMASS  GIO ARISTOC

WOLFORD  LE BOURGET

DIOR  CETTE  CLIO

JONATHAN ASTON  MARIEANTOILETTE

FALKE KUNERT AMORALLE

LES QUEUES DE LA SARDINE  FARELL

SECRETS IN LACE GERBE

ELEGANTI  DIM  PRETTY POLLY

TRASPARENZE CAROLINE B

LA PERLA  PIERRE MANTOUX

VENEZIANA FOGAL

CHARNOS  PAMELA MANN

LEG AVENUE LEVANTE

EMILIO CAVALLINI WELL

GOLDEN LADY   CHESTERFIELD

LOVE ME  OROBLU  LEVEE

LUISA MARIA LUGLI   MURA 

SILKY  GATTA  FIORE  ERGEE

ZOHARA DD  BERTHE AUX GRANDS PIEDS

CALZEDONIA   BONNIE DOON

 

Plus d'infos sur NYLON-MODE.com

Féminités & Mode

  • : Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • Vos Féminités, Votre Féminité, du Glamour et quelques Bas Nylon
  • : Univers évanescent sur vos Féminités, votre mode, votre interprétation quotidienne, avec des voiles légers sur vos jambes. Labyrinthe capitonné de glamour, de Sensualité, marquées par vos coutures sur vos bas Nylon. Ambiance parfumée d'élégance et de volupté, pour rendre hommage aux Femmes, chaque jour, avec des billets d'humeur chic, des portraits de Femmes, des instants de vie et des regards. Glamour toujours.
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Aimez-vous, Aidez les !

 

Cancer, trop proche de nous .

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

 

Aimez vous les uns et les autres

 

 

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous !

Protégez-vous !

ruban-rouge-sida.jpg

Vivez !

RSS for you

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés